Formule 1

Deux fois dernier, le Belge, dépité, demande à son team de ne plus lui donner une voiture qui tombe en panne !

Vendredi noir à Francorchamps pour notre compatriote qui se lâche de plus en plus... dans le paddock. Car sur la piste, sa McLaren et son équipe ne lui en donnent pas l'occasion.

« Je suis très frustré, » a déclaré un Belge agacé après avoir accumulé les ennuis et contre-temps. « J'ai eu plein de problèmes tout au long de la journée. D'abord de freins, puis de moteur, de fond plat. Mon DRS ne fonctionnait pas. Lors de la première séance, je n'ai pas pu effectuer un seul tour rapide. Et l'après-midi, je n'ai pu effectuer qu'un run normal. Ce n'est franchement pas la préparation idéale. »

Surtout vu la situation dans laquelle il se trouve aujourd'hui, avec un baquet convoité par plusieurs autres pilotes dont Lando Norris, tout sourire, déclarant « avoir démontré être prêt à sauter dans la voiture à n'importe quel moment si une occasion se présente. ».

« Je sais que le team attend beaucoup de moi, mais c'est à eux maintenant de me donner une voiture qui ne tombe pas en panne. Comment voulez vous que je prépare le GP normalement ? »

Et comment expliquer que la N°2 est bien plus souvent victime d'avaries que la N°14 d'Alonso ? « C'est vrai que j'ai eu beaucoup de soucis dernièrement. C'est toujours pour moi. Là, cela commence à faire beaucoup. C'est difficile à comprendre. Cela me fait mal au coeur de ne pas pouvoir offrir plus aux fans. »

Il ne peut en dire plus sous peine de donner à McLaren le bâton pour le frapper. Et casser son contrat... « En F1 tout change très vite. Certains lorgnent peut-être sur mon baquet, mais j'ai aussi les yeux bien ouverts. On est bien au courant de tout ce qu'il se passe...»

Espoir pour samedi ? « Sur le sec, ce sera compliqué de passer en Q2. Ma seule chance de briller ce serait la pluie. »

Si son team ne lui met pas à nouveau des bâtons dans les roues... Vous avez dit sabotage ?