Formule 1

Le Belge trahi par la boîte de vitesses de sa McLaren alors qu’il était 9e, juste derrière Alonso.

Un super départ depuis le 16e rang après une occasion encore ratée lors des qualifications sous la pluie, un premier long relais pas loin de Fernando Alonso, une bonne stratégie et un super « pitstop » au terme duquel il ne pointait qu’à une grosse seconde de son équipier espagnol, Stoffel Vandoorne aurait bien mérité deux points au terme sans doute de sa plus belle course de la saison. 

Hélas, alors qu’il évoluait en 9e position et n’était plus réellement menacé, notre compatriote a été trahi par la boîte de vitesses de sa McLaren-Renault au 51e tour. Vraiment pas de chance… « Je suis vraiment très déçu, » avouait-il une fois revenu dans le paddock. « On était très compétitif aujourd’hui. Les pneus ne se dégradaient pas et nous avions les deux voitures dans les points après les arrêts. J’étais heureux d’avoir retrouvé un châssis sain et des performances normales, pas loin des chronos de Fernando. Malheureusement, c’est le côté frustrant de notre sport mécanique. » 

Un abandon tombant au plus mauvais moment pour un Stoffel plus que jamais sur la sellette, avec un avenir en gros point d’interrogation chez McLaren. « Je ne me tracasse pas de ce que je ne sais pas contrôler. C’est la F1 et il y a toujours des rumeurs. J’essaie de faire de mon mieux et ce week-end je suis satisfait. J’ai fait une très bonne prestation. » 

Espérons que ce ne soit pas trop tard et que les dirigeants de McLaren aient vu le même Grand Prix que nous… « Maintenant je vais prendre un peu de vacances, me vider la tête pour revenir en pleine forme pour le GP de Belgique où j’aurai beaucoup d’amis, de famille pour me soutenir."