Moteurs

Le pilote allemand s’élancera devant Bottas et Verstappen.

On attendait Max Verstappen (Red Bull) mais c’est finalement Sebastian Vettel (Ferrari) qui a décroché la pole position du Grand Prix du Canada 2018. L’Allemand a dominé la 3e partie des qualifications et a réalisé le meilleur temps en 1:10.764. Il s’agit de la 4e pole position du quadruple champion du monde sur l’île Notre-Dame.

Plutôt en retrait ce samedi, Mercedes a repris des couleurs grâce au 2e chrono de Valtteri Bottas qui n’a échoué qu’à 93 millièmes de Vettel. Impérial lors des essais libres, Max Verstappen partira 3e. Il sera accompagné sur la 2e ligne par Lewis Hamilton qui n’est pas à son avantage au Canada.

Kimi Räikkönen (Ferrari) ne peut que compléter le Top 5 après avoir commis une faute de pilotage dans sa 2e tentative. Daniel Ricciardo (Red Bull), Nico Hülkenberg (Renault), Esteban Ocon (Force India), Carlos Sainz (Renault) et Sergio Pérez (Force India) se hissent également dans les dix premiers.

Les McLaren n’étaient pas à la fête en qualifications. Après s’être hissé in extremis en Q2, Stoffel Vandoorne n’a pu faire mieux qu’une modeste 15e place. Il s’élancera juste derrière son équipier Fernando Alonso qui l’a devancé pour 9 petits millièmes.

On notera également la contre-performance de Pierre Gasly (Toro Rosso), 16e seulement tandis que son équipier Brendon Hartley a réalisé le 12e temps. Après avoir fauché une marmotte en essais libres, Romain Grosjean (Haas) n’a pu signer de chrono suite à un problème moteur en Q1.

Le départ du Grand Prix du Canada sera donné ce dimanche à 20h10.

Stoffel Vandoorne : « Pas compétitifs du tout »

Le Belge s'est qualifié au 15e rang, à 9 millièmes de son équipier Fernando Alonso

C'est la déconfiture à nouveau pour McLaren qui s'est encore moins bien qualifiée que l'an dernier avec le moteur Honda. Battues par une Haas, une Toro Rosso et une Sauber, les McLaren-Renault n'ont réussi à battre que les Williams. Et Stoffel n'a dû sa place en Q2 qu'au gros souci de moteur du malheureux Romain Grosjean au moment de s'élancer pour la qualification.

« On ne comprend pas trop, » expliquait notre compatriote. « On était pas mal vendredi lors des premiers essais libres et on espérait pouvoir jouer une place en Q3. Mais on en est loin. Aujourd'hui nous n'étions pas compétitifs du tout. On n'a pas réussi à faire le même pas en avant que nos rivaux. L'équilibre de la voiture était bon. Il n'y a pas grand chose à améliorer au niveau des réglages. C'est juste que l'on manque de rythme. »

Toujours ce problème de manque de vitesse de pointe lié à trop de traînée aérodynamique. De toute manière, la monoplace 2018 est ratée et rien n'y changera. « Heureusement sur ce tracé on peut dépasser, » tentait de positiver Stoffel. « On va essayer d'effectuer un bon départ et une bonne stratégie pneumatique. »

En espérant que la course du Belge ne soit pas à nouveau sacrifiée au profit de son illustre équipier...