Moteurs Sept marques et sept Belges, le GT Blancpain Sprint redécolle

Après trois années délicates, le Championnat GT Blancpain Sprint redécolle, enfin, avec une quarantaine d’engagés pour la première manche, ce week-end, à Misano. Le passage de sept à cinq meetings, des primes encore plus élevées et l’obligation pour les marques de participer tant au sprint qu’à l’endurance expliquent ce net regain de forme.

Stéphane Ratel et SRO ont réussi leur coup : le plateau est fabuleux, tant en quantité qu’en qualité, avec un niveau moyen de pilotage nettement plus relevé qu’en endurance. À tel point qu’il est très compliqué de désigner un favori. On attendra les premiers essais, voire les premières courses, pour juger de la justesse de la BOP, la fameuse Balance de Performances assurant des débats équilibrés.

Et, cette saison, les sept marques de pointe (Porsche ne joue pas le jeu et Nissan privilégie l’endurance) possèdent des équipages pour gagner. À elle seule, Audi compose près d’un tiers du plateau avec une douzaine de R8 LMS, dont la moitié alignée par le Belgian Team Audi WRT. Avec quatre pilotes belges aux commandes dont les frères Vanthoor qui, ici, ne rouleront pas ensemble. L’ex-champion Laurens partagera le volant de la n°1 avec Fred Vervisch. C’est le seul équipage 100 % belge. Un peu plus de six mois après son gros crash ici, une belle revanche à prendre en Italie pour le dernier lauréat des 24H de Dubaï.

Son frère Dries, 17 ans à peine, disputera sa première course en GT3 en compagnie du champion des GT Blancpain Series, le Néerlandais Robin Frijns. Enzo Ide reste, lui, associé à l’Allemand Christopher Mies. Enfin, on attend beaucoup de la paire composée de René Rast et de l’ex-pilote de F1 (Manor) Will Stevens. Parmi nos trois compatriotes engagés, seuls Maxime Soulet sur Bentley, avec l’Espagnol Andy Soucek, pourra également revendiquer la victoire.

Maxime Martin devra, en effet, partager le volant de la nouvelle BMW M6 Boutsen Ginion avec l’amateur finlandais Matias Henkola tandis que Stéphane Lémeret disputera la Am-Cup sur une Ferrari 458 AF Corse avec Claudio Sdanewitsch. Outre Bentley avec la deuxième Continental GT3 des champions Kane-Abril, les principaux rivaux des Audi seront Mercedes avec sa nouvelle AMG GT3 (Vautier-Rosenqvist et Buck-Baumann), BMW (avec la nouvelle M6 de Dusseldorp-Catsburg), Lamborghini (Rosina-Bleekemolen), Ferrari avec l’arrivée de la 488 (Siedler-Seefried) ou encore la McLaren de Bell-Parente.

La première course qualificative d’une heure est programmée, ce samedi, à 20h50, le départ de la course de championnat donnant, lui, le plus de points étant prévu, dimanche, à 14h15. Avec, sans doute, des arrivées au sprint !

Olivier de Wilde