Moteurs

Guy Fréquelin pas tendre avec Max Mosley et l'évolution du WRC

SPA Présent à Spa le week-end dernier pour se replonger dans l'ambiance des rallyes de la belle époque, l'ancien vice-champion du monde mais aussi patron de Citroën Sport ne s'est pas privé pour donner son avis sur les raisons de la crise que traverse actuellement le Championnat du Monde WRC.

Ne craignant désormais plus de mesures de représailles de la part de la FIA, le Grizzly de 63 ans, à la retraite, s'est lâché dans cet entretien.

Guy, pourquoi le rallye moderne est-il aujourd'hui en si mauvaise santé ?

"250 équipages ici dans une épreuve historique nationale de régularité, à peine 60 au Monte-Carlo... quand il figure au calendrier du WRC ! Ces chiffres suffisent à montrer le malaise et prouvent que les promoteurs ont fait fausse route, notamment en interdisant le parc d'assistance au public, en supprimant les spéciales de nuit et en bannissant toute forme de convivialité. Le problème majeur vient de ce que Max Mosley, le président de la FIA, ne connaît rien au rallye. Et qu'il en confie la gestion à des béni-oui-oui qui lui sont entièrement dévoués et lui rapportent ce qu'il veut entendre..."

L'élaboration stupide du calendrier de cette année est un bel exemple de non-sens total.

"Aucun constructeur ni aucun pilote n'apprécient le rallye de Chypre, un casse-voiture très onéreux disputé à 60 km/h de moyenne devant un public clairsemé et sur une île ne présentant aucun intérêt commercial; pourtant, Chypre res- te au calendrier simplement parce que son organisateur vote pour Max Mosley."

Mais pourquoi donc Citroën, constructeur français, ne s'insurge-t-il pas contre la suppression cette année du calendrier du Monte-Carlo ou du Tour de Corse ?

"Parce que Max dispose de puissants leviers d'influence sur les constructeurs via certains organismes comme celui qui distribue les étoiles au crash-test..."

Dans ces conditions, que faut-il faire pour sortir de l'ornière ?

"Pour relancer le rallye durablement, il faut aller encore plus loin dans la diminution des coûts et mettre fin à la situation actuelle avec deux compétitions - WRC et IRC - qui se marchent sur les pieds. Et puis, il est impératif que le rallye s'inscrive très concrètement dans le mouvement de défense de l'environnement : le sport auto n'est pas bien vu à l'heure actuelle, ses dirigeants devraient en tenir compte !"

Quant à la trop grande domination de Loeb...

"Sébastien est un battant et n'a pas envie d'arrêter et encore moins de se faire battre. Il prend encore du plaisir. Au contraire, heureusement qu'il est encore là car c'est le seul rallyman actif jouissant d'une belle notoriété auprès du grand public. Et ne me dites pas que Sébastien Ogier est prêt à le remplacer. Regardez ses résultats sur les deux premières manches 2009 et vous constaterez qu'il n'a pas encore le niveau mondial."



© La Dernière Heure 2009