Moteurs

Le pilote de Cul-des-Sarts s’est montré impérial dans les conditions nocturnes.

Les Legend Boucles ont pris leur envol samedi matin sur des spéciales « grasses » suite à la fonte des neiges de la veille. François Duval (Ford Escort MKI 8 soupapes) signait le premier scratch de la journée, avant d’être gêné dans l'ES2 par une Demo et se faire déborder par la puissante Porsche 911 Groupe 4 BMA de Bernard Munster. Alors que son écart culminait à 44 secondes avant les quatre ultimes de nuit, François signait quatre meilleurs temps successifs. La pilote de l'Escort reprenait la tête de l'épreuve pour sept secondes à l'issue d'une dernière RT de folie disputée sur un tapis blanc, non sans avoir fondu sur Munster.

« C'est vraiment limite par endroits. », confiait François « Je ne voyais plus les traces de la voiture de Bernard parti une minute plus tôt. On a rattrapé une Subaru Démo partie six minutes avant moi. On s'est régalé. Demain on verra comment sont les conditions météorologiques. A priori, la Porsche motrice mieux sur la terre. C'est tout en secret avec trois nouvelles spéciales où le sens de l'improvisation sera important. J'ai hâte d'y être. »

Homme fort sous l’astre solaire, Bernard Munster allait ensuite tout perdre dans la pénombre :

« Tout a fonctionné parfaitement jusqu'à la tombée de la nuit , » racontait le vainqueur de l'édition 2016. « Dans des conditions très délicates, avec une visibilité réduite, j'ai d'abord fait deux tête-à-queue puis perdu du temps dans la dernière en rattrapant la Subaru partie cinq minutes avant moi. François en a profité pour reprendre le leadership. Voilà qui augure d'une superbe bagarre pour ce dimanche sur la terre. Comme en 2015 où j'avais échoué pour moins d'un point derrière lui. J'ai une revanche à prendre.»

Troisième durant une bonne première partie de la journée, Fred Bouvy (Porsche 911 Gr.3) perdait ensuite trois places suite à une figure académique dans Chevron-Rahier. « Aujourd'hui on a roulé tranquille, mais demain on va se lâcher sur la terre. J'aimerais bien récupérer cette troisième place. » Stefaan Stouf (Ford Escort MKI BDA) a été victime d’une crevaison dans l'ES5 de Whitimont qui lui coûtait près de quatre minutes. Ancien triple vainqueur de l’épreuve, Renaud Verreydt était obligé de disputer les deux premières RT au ralenti avec une transmission défectueuse. Le « renard » est déjà revenu en 12ème position.

Le régional de l'étape Fred Caprasse est 3e du classement provisoire et précède pour 53 secondes son équipier d’un jour Bryan Bouffier, pilote officiel Ford lors du dernier rallye Monte-Carlo. « Je m'amuse vraiment bien. », confie le Français. « J'ai mis un peu de temps à trouver le bon rythme et j'ai dû composer avec un copilote malade en raison d'émanation d'essence dans l'habitacle. Ma méconnaissance du terrain devrait constituer un moins grand handicap lors de la 2ème étape totalement secrète. »

Derrière ces deux-là, on retrouve l’excellent Romain Delhez sur son Opel Kadett, qui précède Fred Bouvy et Tim Pearcey, un habitué du RAC. Le Britannique devance la famille de Mevius, Ghislain (Nissan 240 RS Gr.B) doublant son papa Grégoire (Porsche 911 Gr.4) dans l'ultime tronçon sous la neige. « Je manque de compétition et je me suis montré trop prudent tout au long de la journée. Mais je suis venu pour la terre... », confiait Grégoire. Suite aux avaries du Français Jean-François Mourgues et de sa belle Mazda RX7 à moteur rotatif, la BMW 323i de Jean-Pierre Van de Wauwer complète le Top 10.

Neuville autoritaire leader, mais hors classement

Et Thierry Neuville dans tout cela ? Le Saint-Vithois s’est fait plaisir, et a fait plaisir à ses nombreux supporters au volant de sa petite mais très performante Opel Corsa A « hybride » équipée de nombreux éléments spéciaux dont un moteur Kit Car de 180 chevaux. D’où une participation hors-classement, même s’il était repris sur la feuille de chronos. Et le pilote Hyundai en WRC possèderait ce soir près d'une minute d'avance sur l'Escort de François Duval s’il était repris dans la hiérarchie.

« C'est gai de rouler ainsi sans aucune pression, » souriait notre ambassadeur en Mondial secondé par Nicolas Gilsoul. « L'auto fonctionne vraiment très bien. Cela pousse moins que ma Hyundai mais on est plus secoués. Je suis vraiment très heureux de ma dernière acquisition et j'ai hâte de découvrir son pilotage sur la terre ce dimanche. »

Ce dimanche matin, la longue caravane de plus de 230 voitures s'élancera à 7h40 avec d'abord les concurrents Classic, de trente en trente secondes, puis les Demo, les Legend et les Challenger de minute en minute. La 1ère spéciale de cette journée typée ‘terre’ aura lieu à Remichampagne et débutera sur le coup de 8 heures.


Le classement provisoire Legend (non officiel) à l'issue de la 1ère étape :

1. Duval-Leyh (Ford Escort MKI) 283 points ; 2. Munster-Humblet (Porsche 911) à 7 pts ; 3. Caprasse-Razzi (Ford Escort MKII BDA) à 130 pts ; 4. Bouffier-Alnet (Fra/Ford Escort MKII) à 183 pts ; 5. Delhez-Bonaventure (Opel Kadett GTE) à 191 pts ; 6. Bouvy-Hottelet (Porsche 911) à 197 pts ; 7. Pearcey-Shanks (GB/Ford Escort MKII) à 312 pts ; 8. Gh de Mevius-Jalet (Nissan 240 RS Gr.B) à 337 pts ; 9. G. De Mevius-Louka (Porsche 911) à 341 pts ; 10. Van de Wauwer-Surinx (BMW 323i) à 343 pts ; 11. Leyon-Deposson (Ford Escort MKI) à 368 pts ; 12. Verreydt-Elst (Ford Escort MKI) à 383 pts ; 13. G. Mondron-Werner (Porsche 911) à 394 pts ; 14. Griffiths-Jones (GB/Ford Escort BDA) à 396 pts ; 15. Mourgues-Prévot (Fra-Bel/Mazda RX7 Gr.B) à 407 pts


Les principaux abandons :

ES2 Bouche (roue arrachée)

ES2 : Cherain (boîte de vitesses

ES4 : Kerkhove (moteur)

ES6 : Kenis (culbuteur)

ES6 : Galand (butée embrayage)

Les scratches

Munster : 6

Duval : 5

Bouvy : 1

Leaders successifs

ES1 : Duval

ES2 : Duval et Munster

ES3 à 11 : Munster

ES12 : Duval