Moteurs 35 degrés sur la piste, plus de 50 dans les autos !

Francorchamps n’a pas échappé à la canicule. Si le thermomètre de la tour affichait 35° hier, il faisait bien plus chaud encore dans les habitacles lors des essais des 24H. "Entre 50 et 60°", confiait Vincent Vosse, casquette vissée sur la tête.

Chacun tentait de lutter comme il pouvait contre cette température inhabituelle mettant à rude épreuve les organismes humains et mécaniques. "Sur un relais, un pilote perd environ 2 litres en transpiration", explique le physio de l’équipe Audi WRT, Beppe Sebastiani, l’homme qui s’est occupé des pilotes Toyota au Mans. "Il est important de bien s’hydrater. Deux heures avant de rouler, les pilotes doivent boire une préparation spéciale riche en sels minéraux. Il est important aussi qu’ils s’habituent doucement à la chaleur pour éviter un choc thermique en montant dans l’auto."

Massés avant leur relais, ils sont couverts d’un gel les gardant plus frais. "Ou alors je vaporise un produit spécial sur leurs vêtements ignifugés, Liquid Ice, également utilisé par les cyclistes."

Les Audi sont équipées d’une clim portable. "Cela permet d’avoir un peu d’air frais dans la figure ou dans le casque via une entrée d’air sur la tête", précise Vosse.

"Moi j’utilise un casque ouvert, on respire mieux", confie Christian Kelders. "Je dois faire attention car mon pied droit reste collé à la pédale de gaz", sourit Maxime Martin. "On met du thé dans leur bouteille d’eau qui est vite chaude et en WEC je prépare une piscine avec de la glace pour tremper leurs pieds en sortant", conclut Beppe.

Heureusement, samedi on devrait perdre une dizaine de degrés…


Crédit photo: J. Guisset