Moteurs Vainqueur en Allemagne et en Tchéquie lors des derniers GP, Marc Marquez vise un 3e succès à la suite.

Il serait le premier à signer un triplé cette année. Marc Marquez va bien, merci pour lui. Hier, après avoir dominé les derniers essais libres, il fut égal à lui-même signant sa troisième pole position de l’année. Elle est aussi la 42e depuis ses débuts en Moto GP et la 70e en tout.

Le champion du monde en titre vit une belle période depuis sa troisième place acquise au Grand Prix des Pays-Bas. C’est en Allemagne qu’il prit la tête de la compétition, dominée dans sa première partie par un étonnant Vinales, l’équipier de Rossi chez Yamaha.

Marquez, sans crier gare, a remis les pendules à l’heure rappelant qu’il ne fut pas, par hasard, triple champion du monde en quatre exercices. C’est en 2013, en effet, qu’il fit ses débuts en Moto GP, soldant sa première saison par une couronne aussi méritée qu’inattendue.

En 2015, il vécut la première baisse de régime de sa carrière, loupant le titre. De quoi être plus fort encore, non pas en performances pures et en compétitivité, deux domaines dans lesquelles il excelle, mais en vista de la course. Il a même appris à laisser filer l’une ou l’autre victoire hypothétique au profit de quelques gros points indispensables lorsqu’on vise un sacre. Marquez est devenu gestionnaire de sa carrière et n’est plus le flambeur de ses débuts.

Son style de pilotage , sa maîtrise, son talent naturel et son ouverture d’esprit sont les marques d’un champion d’exception. "Je pensais que les Ducati, grâce à leur vitesse de pointe, signeraient les meilleurs chronos lors de la qualification. Chez Honda, nous avons travaillé diverses configurations techniques, ce qui nous permet de modifier les réglages instantanément. Si une place en première ligne est toujours importante, je ne visais pas nécessairement ma cinquième pole de l’année. Attention : il ne sera pas facile du tout de s’imposer en course."

En effet, nombreux sont ceux qui parient sur la force de frappe des Ducati. D’ailleurs, les deux machines d’usine prendront le départ en deuxième et troisième positions avec Dovizioso devant Lorenzo. Parmi les douze premiers sur la grille, ils sont cinq à disposer de Ducati. La nouvelle star Danilo Petrucci entamera le Grand Prix en cinquième position, entre Vinales et Zarco.

Septième, Rossi n’a pas abattu tous ses atouts, à l’image de Pedrosa, le huitième homme à 750 millièmes de la pole.