Moteurs Le Namurois a glissé dans un wateringue alors qu’il n'avançait pourtant pas.

Ses statistiques des huit derniers mois sont encore pires que celles de Kris Meeke : Condroz, Spa, Corse, Wallonie et maintenant Ypres. La spirale infernale s’est poursuivie ce week-end pour Guillaume de Mevius tombé dans un fossé de la 16 e spéciale alors qu’il venait péniblement de passer 10 e en profitant de la touchette de Kevin Demaerschalk, encore un ancien viré du RACB National Team. La fois de trop ? "S’il sort encore ici, c’est fini pour lui", nous avait confié avant le départ un membre de l’équipe.

Et l’inimaginable s’est produit : "Je ne comprends toujours pas ce qu’il s’est passé", nous a confié, tout penaud, le jeune Namurois. "J’ai regardé 15 fois la vidéo de ma sortie et je ne vois pas où je commets une faute. Je roulais en prenant zéro risque, bien en-deça de mes limites. J’ai freiné à temps, les roues arrière ont bloqué et je me suis retrouvé dans la gravette ce qui m’a fait tomber dans le wateringue. Le radiateur a cassé et on a dû en rester là."

Le choc mental est encore plus dur... "Je suis hyper désolé et déçu pour mes partenaires. Je ne sais plus ce que je dois faire. Je vois une coach, je bosse dur, mais il y a visiblement quelque chose qu’il me manque."

Cela pourrait-il lui coûter sa place ? Une réunion de crise a eu lieu dès son retour à Ypres avec les différents partenaires et Geoffroy Theunis, patron du RNT et manager. "On s’est expliqué", poursuit Guillaume. "On ne va pas réagir à chaud. Une décision pour la suite sera prise dans quelques jours. J’ai senti qu’ils croyaient encore en moi, qu'ils avaient envie de m’aider. Mais là, j'ai dépassé les bornes."

Comment envisage-t-il désormais l’avenir ? Sera-t-il au départ de Roulers début septembre ? "Je suis inquiet, mais je ferai tout pour y être. Cela me rend fou."

Craint-il d’être viré suite à cette nouvelle bévue ? Car on a jadis moins pardonné à d’autres... "Non, cela n'est pas pas à l’ordre du jour. Pas maintenant. Mais c’est sûr que pour l’année prochaine, je dois me ressaisir."

Après le copilote, on pourrait peut-être changer la voiture et passer à une R5 plus compétitive comme la C3. Même si le problème à la base ne vient bien sûr pas de la Peugeot...