Moteurs

Le directeur sportif de Toyota nous explique comment ils ont simulé les pannes en vue des 24H du Mans.

Pour la majorité, faute de concurrence digne de ce nom et d'un autre constructeur à sa hauteur, Toyota a déjà gagné les 24 Heures du Mans avant même le départ. Mais ce n'est évidemment pas aussi simple. Le patron Pascal Vasselon a appris à aborder ce double tour d'horloge avec beaucoup d'humilité. Il faut dire que Toyota y est maudit depuis plus de vingt ans sans le moindre succès.

Mr Vasselon, à la veille du plus grand rendez-vous de l'année, on se dit que Toyota ne peut que gagner. Ou ne peut que perdre encore une fois, c'est selon...

« Effectivement, si on gagne dimanche, tout le monde dira que c'est normal. Par contre, si l'on perd une fois encore, vous aurez une histoire à raconter. On est condamnés en quelque sorte à l'emporter ce qui nous met pas mal de pression et n'est pas la position la plus confortable en fait. Cette année, on n'a vraiment pas droit à l'erreur. Mais vous savez, ce n'est pas de la faute de Toyota si on se retrouve seul, si nos concurrents Audi et Porsche et se sont retirés de l'endurance pour les raisons que l'on connaît. »

Pensez-vous que vous allez réellement dominer cette édition ?

(...)