Moteurs

Le pilote Hyundai a attaqué toute la journée pour concéder près d'une demie minute à la Toyota de L'Estonien.

On a eu beau nous répéter avant la course que le type de terrain était fort différent de la Corse, il s'est confirmé ce vendredi en Allemagne, comme c'était déjà le cas sur l'Ile de Beauté, que la Hyundai est aujourd'hui la WRC la moins compétitive sur asphalte.

Et que la Toyota est aujourd'hui la meilleure sur bitume. Après un premier meilleur temps signé ce matin par un Seb Ogier mieux réveillé, Ott Tanak a en effet aligné cinq « scratches » pour achever cette première étape avec une avance de 12.3 sur le pilote Ford et de 27.4 sur notre Thierry Neuville national, impuissant malgré le soutien de milliers de supporters belges.

« Il est impossible aujourd'hui de rivaliser avec la Toyota dont le nouveau moteur marche d'enfer, » admettait Thierry à son retour au parc d'assistance situé sur les rives du lac de Bostalsee. «Cela a été une journée difficile. On a poussé fort sans commettre d'erreur, hormis une petite touchette dans une chicane. Mais il est très dur de faire les temps des deux pilotes s'élançant juste derrière nous. Je ne sais pas pourquoi. »

Est-il dès lors résigné ? « Non, car samedi, dans le camp militaire, il s'agira d'un tout autre type de terrain. Et je n'aurai plus à ouvrir la route. Notre auto se comporte bien dans le bosselé. Il est donc peut-être possible de remonter. »

Michel Nandan nous a confié avoir construit un char. La i20 WRC devrait donc bien fonctionner ce week-end du côté de Panzerplatte...