Moteurs

C’est avec quatre gommes en lambeaux, des pneus terre devenus slicks, que Thierry Neuville a achevé la 3ème spéciale du Rallye d’Espagne à un modeste 7ème rang, à 15.8 de son nouvel équipier et leader Andreas Mikkelsen, mais surtout à 11.2 de son rival dans la course au titre Sébastien Ogier, troisième à 4.6 derrière l’étonnant Ostberg avantagé par une position sur la route plus éloignée.

« On nous a fortement conseillés de prendre six pneus tendres pour cette première boucle matinale et ce n’était clairement pas le bon choix, » regrettait Thierry en regardant ses pneus à la toile. « Après dix kilomètres dans la longue de 39 km, je n’avais plus de dessins dans mes gommes. Lors des derniers kilomètres, ma Hyundai ne voulait plus tourner. Cela sous-virait à mort. » 

Malgré cela, notre compatriote, 3ème, 5ème puis 9ème lors des trois premières spéciales a néanmoins réussi à limiter les dégâts. « Je suis surpris de voir comme les écarts sont serrés. On va essayer de remonter cet après-midi, cette fois en chaussant des pneus durs comme tout le monde. » Nicolas Gilsoul renchérissait: « On discute de ce choix de pneus depuis deux jours. On n’a pas participé à tous les tests. Les représentants de Michelin nous ont garanti que les pneus pourraient tenir sans problème 57 km et étaient les plus performants. Hélas, quand j’ai vu qu’il n’y avait aucun nuage sur la liaison, j’ai su que l’on avait perdu notre pari. La température est anormalement élevée pour la saison. S’il avait fait entre 16 et 20 degrés, ce serait passé. Mais il faisait plus chaud, environ 24 degrés, et cela nous a porté préjudice. Enfin, rien n’est perdu. Le rallye ne fait que commencer. Le balayage n’est pas trop élevé et notre position sur la route devrait moins nous handicaper lors du deuxième passage. » Les trois spéciales de ce matin seront parcourues une deuxième fois cet après-midi entre 15h19 et 17h00. On croise les doigts pour que les Belges puisse rattraper une partie du temps perdu ce matin.