Moteurs

Le véritable déluge qui s’est abattu sur la région de Saarland cet après-midi a permis à Ott Tanak de reprendre la tête du Rallye d’Allemagne.

Délogé par Andreas Mikkelsen à l’issue de la 4ème spéciale, l’Estonien parti avec trois pneus « Full pluie » et deux « softs » utilisés généralement sur le sec a repris les commandes du « Deutschland » au terme de la 6ème spéciale où il a signé le meilleur temps malgré un petit détour par les vignobles : « Les conditions étaient dantesques avec pas mal d’aquaplaning, » expliquait-t-il. « Dans la dernière spéciale, il y avait tellement de boue que je patinais et que je suis presque resté posé à la sortie d’une épingle. Je regrette de ne pas avoir écouté l’équipe me conseillant de partir avec cinq pneus pluie. Cela aurait été le meilleur choix. Néanmoins, je m’en tire encore pas mal. »

Troisième sur la route, le pilote Ford signait en effet également le « scratch » dans l’ES7 pour rentrer à Bostalsee avec une faible avance de 5.7 secondes sur Andreas Mikkelsen.

« Dans ces conditions, ma position de départ éloignée ne m’a pas aidé, » racontait le Norvégien appelé en renfort chez Citroën. « Et l’on sait que la C3 est plus délicate à piloter sur le mouillé. Dès lors, je suis très heureux de cette deuxième place provisoire. D’autant qu’on annonce le retour du soleil pour le week-end et que ma position sur la route sera meilleure. »

Derrière, la bataille faisait rage entre les deux principaux candidats au titre, Sebastien Ogier et notre Thierry Neuville. Le Français avait pris un léger avantage le matin suite à une erreur du Belge, mais il perdait tout le bénéfice de sa journée et le contact avec son équipier estonien en effectuant un tête-à-queue lui coûtant une vingtaine de secondes dans la dernière spéciale du jour : « J’ai eu du mal à repartir avec la boue. Ce n’est pas idéal, mais c’est comme cela. On a opté pour les pneus softs Thierry et moi mais c’était une erreur. Demain est un autre jour… »

Le pilote Ford comptait désormais 2.4 de retard sur le pilote Hyundai remonté en troisième position (à 28.2) malgré une nouvelle incursion hors de la route dans l’ultime tronçon terminé avec une branche accrochée au spoiler arrière : « C’était pire que de l’aquaplaning. Il n’y avait rien à faire. J’étais passager. Je manquais d’adhérence et j’ai failli sortir plusieurs fois de la route. Au bout du compte, je suis heureux d’être toujours là. Tout peut arriver samedi dans le camp militaire. C’est loin d’être terminé, croyez moi. »

Derrière un quintet de tête complété par Elfyn Evans, Juha Hanninen et Craig Breen remontaient au 6ème et 7ème rangs suite à la sortie de route dans l’ES7 de la Toyota du jeune Finlandais Lappi. Retardé suite à un souci de moteur à midi, Jari-Matti a signé le dernier scratch du jour.

Ce samedi, 8 spéciales totalisant 146,67 km chronométrés seront au menu des concurrents dont deux passages sur les 42 km du juge de paix de Panzerplatte sur les pistes de chars de Baumholder.