Moteurs

Marquée par l’abandon dès le début de matinée du leader du Mondial Thierry Neuville, la 2ème journée du Rallye d’Allemagne a permis à Ott Tanak (Ford Fiesta WRC), auteur de deux meilleurs temps, de voir son avance sur la Citroën C3 WRC d’Andreas Mikkelsen passer de 5.6 à 23 secondes. 

Coupable d’un tête-à-queue juste avant, le Norvégien a signé le scratch dans la douzième épreuve pour rentrer au parc d’assistance de Bostalsee avec 6.9 d’avance sur Sébastien Ogier, virtuel nouveau leader du Championnat du Monde. 

« Mon ami Andreas est désormais mon principal allié, » a déclaré Thierry Neuville après nous avoir raconté les circonstances de son malheureux abandon. « On espère qu’il va rester devant Seb et que nous pourrons marquer les cinq points bonus demain dans la Power Stage afin de limiter les dégâts au championnat. » La différence entre une deuxième et une troisième place est de trois unités. 

Celle entre une première et une deuxième de sept et le risque existe, si Ogier parvenait à doubler Mikkelsen, pour que Malcolm Wilson intime l’ordre à ses pilotes d’intervertir leurs positions afin d’offrir plus de chance à Ogier de coiffer la couronne. Attention toutefois que l’Estonien ne comptait que 41 unités de retard sur le Belge au départ de cette épreuve. 

Un handicap qu’il pourrait réduire de seize unités : la lutte pour le titre n’est donc pas tout à fait terminée pour lui. Les intentions ou négociations de chacun en vue de 2018 pourrait aussi intervenir dans la discussion. Nous n’en sommes pas là et Ogier va devoir continuer à attaquer s’il veut prendre les 18 points de la deuxième place. Le Français n’est donc pas à l’abri lui aussi d’une déconvenue sur les cinq spéciales encore à disputer cet après-midi dont un deuxième passage dans Panzerplatte.

Derrière le trio de tête, Elfyn Evans (Ford) et Juho Hanninen, premier des pilotes Toyota, ne sont séparés que par huit dixièmes de secondes. Craig Breen pointe au 6ème rang à 1.53.9 et doit se méfier du retour toujours possible de Jari-Matti Latvala à 2.10.9

En WRC2, Jan Kopecky, premier leader de l’épreuve au général après son scratch surprise dans l’étape show de Sarrebrücken, mène toujours la danse aux commandes de sa Skoda Fabia R5. Mais il ne compte plus que douze secondes d’avance sur la Ford Fiesta d’Eric Camilli.