Moteurs

Le Belge est bien parti pour signer son sixième succès mondial.

Thierry Neuville est en tête du Rallye d’Australie avec une dizaine de secondes (14.7) d’avance sur Jari-Matti Latvala. Il devra batailler lors des deux dernières spéciales (cette nuit en Belgique) pour succéder au palmarès à François Duval, vainqueur ici en 2005.

Propulsé en tête suite à la double crevaison éliminant son équipier et ami Andreas Mikkelsen (le Norvégien n’avait embarqué qu’une roue de secours et le règlement interdit de rouler sur la jante sur la voie publique), Thierry a encore signé quatre meilleurs temps samedi. Avant de voir la moitié de son avance réduite dimanche matin (en Australie…), surpris par une grosse averse dans l’ES18 fatale à Craig Breen (tonneaux), son équipier Stéphane Lefèbvre ayant plié sa suspension contre un arbre dans le tronçon précédent.

Exit les trois Citroën donc. Mais Neuville s’accrochait à son leadership. “Je vais gérer cela, pas de souci”, confiait-il, à deux spéciales et 16 km d’un sixième succès mondial, son quatrième cette saison, et d’un troisième titre de vice-champion du monde amplement mérité.

Mais attention , il ne fallait pas encore vendre la peau du kangourou car ni Thierry ni la Hyundai n’ont été des exemples de fiabilité cette saison.

“J’ai appris de mes erreurs à Monte-Carlo ou en Suède”, assurait notre compatriote avant d’entamer les deux dernières spéciales.