Moteurs

Auteur de cinq meilleurs chronos sur huit, Andreas Mikkelsen a parfaitement profité de sa 9ème position sur la route et d'une trajectoire nettoyée pour mener le Rallye d'Australie à l'issue de la première journée.

Au terme d'une première étape s'achevant par deux spéciales show du côté de Coffs Harbour, le Norvégien possédait un bon avantage de 20 secondes. « Cela a vraiment été un très bon vendredi, » se félicitait le dernier vainqueur en date ici. «J'avais un excellent rythme, ma voiture a fonctionné idéalement, j'ai fait les bons choix de pneus. Ce sera moins évident samedi, mais j'espère que l'avance creusée aujourd'hui sera suffisante. »

Sans jamais se montrer le plus rapide, Meeke, lui aussi bien positionné au départ, rentrait au parc d'assistance au 3ème rang. «Sans une petite sortie me coûtant une dizaine de secondes dans l'ES3, l'écart me séparant d'Andreas serait réduit de moitié, » confiait celui qui restera le leader de Citroën en 2018 puisqu'Ogier restera chez Ford et que Seb Loeb effectuera seulement quelques piges et ne sera pas au départ du Monte-Carlo.

Mais la meilleure opération du jour était certainement à mettre à l'actif de Thierry Neuville. Deuxième à s'élancer, le Belge était clairement le meilleur des balayeurs, loin devant les Ford de son rival Ott Tanak (6ème à 33.0) et du quintuple champion Seb Ogier, huitième à déjà 48 secondes en raison essentiellement d'une position d'ouvreur pour le moins handicapante sur cette épreuve où les spéciales sont recouvertes de petites billes de terre rendant l'adhérence très précaire.

« On a effectivement bien roulé, » se félicitait notre compatriote soufflant la deuxième place à Meeke pour sept dixièmes grâce à deux scratches lors des ultimes courtes supers spéciales. « Vu notre position sur la route, il était impossible de faire mieux. Le pire maintenant est passé. On va maintenant rouler dans les mêmes conditions que les deux pilotes nous précédant. Et le but, bien sûr, est de remonter et de jouer la victoire. »

Auteur du meilleur temps dans les ES5 puis ES7 et ES8, Thierry, meilleur performer 2017, peut désormais déjà dire qu'il aura signé au moins un scratch dans les treize rallyes de la saison.

Même si on espérait sans doute un peu mieux d'Hayden Paddon, seulement 7ème à 38 secondes, on pouvait se réjouir dans le camp Hyundai puisqu'aucun meilleur temps ne leur a échappé.

Quatrième à une demie minute devant un Craig Breen convaincant pour sa découverte du pays (voilà qui confirme aussi les progrès de la C3 sur la terre), Jari-Matti Latvala restait au contact avec les leaders et un sérieux candidat au podium sur sa Toyota Yaris WRC. On ne pouvait pas en dire autant de son équipier Esapekka Lappi, victime d'un bris de direction assistée lui coûtant plus d'une minute, ni de Stéphane Lefèbvre subissant deux crevaisons.

Dans le clan des malheureux, le dernier vainqueur en date Elfyn Evans ne rééditera pas non plus son exploit du Wales Rally GB. D-Mack qui a annoncé qu'il n'engagera plus de voiture l'an prochain n'a visiblement pas conçu de pneus spéciaux pour l'Australie...

Le départ de la 9ème spéciale, la première de samedi, sera donné ce soir à 21h13 chez nous et développera la bagatelle de 48 km. Plus qu'un marathon, un véritable juge de paix pour les huit équipages WRC encore en lice pour le podium.

Le classement à l'issue de la 1ère étape : 1. Mikkelsen (Nor/Hyundai) ; 2. NEUVILLE (BEL/Hyundai) à 20.1 ; 3. Meeke (GB/Citroën) à 20.8 ; 4. Latvala (Fin/Toyota) à 29.9 ; 5. Breen (Irl/Citroën) à 30.8 ; 6. Tanak (Est/Ford) à 33.0 ; 7. Paddon (NZ/Hyundai) à 38.2 ; 8. Ogier (Fra/Ford) à 47.9

Neuville: "Gagner sans penser au championnat"

Thierry Neuville ne compte pas assurer son 3e titre de vice-champion.

À l’heure où vous lirez ces lignes, avec les dix heures de décalage, la première étape du Rallye d’Australie sera en passe de s’achever.

Une journée initiale déterminante pour la suite.

Récent quintuple champion du monde, Sébastien Ogier aura la lourde tâche d’ouvrir la route ce vendredi. Un rôle de balayeur constituant un véritable fardeau sur les spéciales australiennes disputées sur un tapis de petites billes de terre sur lesquelles les WRC glissent énormément. Mais une fois la trajectoire nettoyée, il y a un bon grip pour les concurrents s’élançant plus loin. Avantage donc aux moins bien classés du championnat, les Elfyn Evans, Hayden Paddon, Andreas Mikkelsen ou Kris Meeke, bien décidés à profiter de leur avantage pour prendre un peu d’avance.

"Je suis bien content que le titre se soit joué au Wales car l’Australie est certainement le pire endroit pour devoir s’élancer en premier", confiait avant le départ un Seb Ogier libéré. "On va essayer de perdre le moins de temps possible et de rester en contact avec les leaders vendredi soir."

Le Français qui rempilera sans doute l’an prochain avec l’équipe Ford M-Sport (Citroën nous a confirmé la fin des négociations avec le Gapençais) aura à cœur de viser au moins le podium afin de finir la saison sur une note positive.

Dans le clan Hyundai, on vise nettement plus haut pour clôturer en beauté une quatrième campagne n’ayant, hélas, pas répondu à toutes les attentes avec zéro couronne en poche.

Meilleur temps de l’ultime spéciale d’essais, une demi-seconde devant la Fiesta d’Elfyn Evans et la C3 WRC de l’étonnant Stéphane Lefèbvre, Thierry Neuville semblait prêt à nous faire des sauts de kangourous.

"Après un petit souci de fuite d’huile ce matin, j’ai vite trouvé le bon rythme", expliquait un Belge bien décidé à attaquer. "Avec 14 points d’avance sur Ott (Tanak), je pourrais me contenter de calquer ma course sur celle de l’Estonien pour décrocher une nouvelle fois le titre de vice-champion du monde. Mais terminer une troisième fois deuxième du championnat après 2013 et 2016 ne me motive pas autant que la possibilité de décrocher mon quatrième succès de la saison. Pas question donc d’assurer. J’aime bien le parcours de cette épreuve où j’ai terminé troisième l’an dernier et deuxième il y a quatre ans. Il ne manque plus qu’une victoire. Ce ne sera pas simple en partant deuxième, mais on va essayer."