WRC Leader du Mondial, le pilote Hyundai désigné comme favori face à 30 R5

Même s’il ne compte désormais plus pour le Championnat d’Europe, pour des raisons essentiellement de coûts, le Ypres Westhoek Rally est toujours un sommet. Et pas seulement de la saison belge qui en sera déjà à son sixième épisode.

La notoriété et la réputation de la joute flandrienne combinées à l’excellent réseau de sa cheville ouvrière Alain Penasse, coordinateur du team Hyundai en WRC, permettent à notre rendez-vous de garder une affiche très internationale. Même si la principale vedette, le leader du Mondial des rallyes, est… Belge !

Douze mois après ses tonneaux lors de la première soirée de 2017, Thierry Neuville est de retour aux commandes d’une Hyundai i20 R5 affrétée par l’usine et toujours avec une déco originale, cette fois aux couleurs de l’œuvre caritative Les nez rouges.

Vu son état de forme et les progrès effectués en un an par la petite sœur de sa Hyundai WRC, ne cherchez pas plus loin le favori. Parfaitement dans le rythme de la compétition après ses deux récents succès mondiaux en Sardaigne et au Portugal, Thierry, très chaud, tentera ce vendredi de prendre ses rivaux à froid lors des neuf premières spéciales au menu de la fin de journée.

Mais le Saint-Vithois à qui Ypres n’a encore jamais souri n’est pas le seul prétendant à la victoire. Loin de là. Depuis une petite dizaine d’années, la cité des Chats est devenue celle des Skoda, victorieuses de sept des huit dernières éditions.

Cette année encore, treize des trente et une R5 engagées sont des Fabia. Outre les voitures tchèques des deux prétendants au titre belge, Vincent Verschueren et Kris Princen actuellement séparés par seulement quatre points, on retrouve celle du Français Bryan Bouffier, trois fois deuxième et malchanceux de la dernière édition qu’il aurait dû gagner. Nul doute que le dernier vainqueur des Legend Boucles a l’esprit revanchard.

À surveiller aussi les exemplaires du pilote WRC2 norvégien Ole-Christian Veiby venu s’entraîner chez nous pour le Deutschland, du leader du championnat britannique Rhys Yates, du champion des Pays-Bas Herman Kobus, du lauréat spadois Adrien Fernémont ou du pilote soutenu par l’importateur belge Sébastien Bédoret, même si ce dernier a encore à apprendre.

Du côté de PSA, Guillaume de Mevius est en quête de réhabilitation avec un nouvel équipier après trois sorties de route. Le pilote RNT pilote la 208 R5 DG Sport victorieuse l’an dernier aux mains de Kevin Abbring étrennant chez nous - tout comme Kevin Demaerschalk - une C3 R5 semi officielle valant une demi seconde au kilomètre de mieux que la Lionne. De quoi remettre le Néer landai s volant dans la bagarre.

Enfin, on citera encore parmi les candidats au Top 5 le champion d’Angleterre Keith Cronin et Cédric Cherain, même s’il est de retour en Fiesta.

Voilà une bonne douzaine de sérieux candidats rêvant de pouvoir rivaliser avec la référence, le n°1 du Mondial WRC actuel, notre Thierry Neuville national. Sera-t-il enfin prophète en son pays ? Réponse ce samedi, vers 21 h 30. Et on espère cette fois pas avant…

"Le favori, c'est Bouffier..."

Princen veut battre Verschueren dans l’optique du titre belge

Vainqueur il y a déjà treize ans, Kris Princen appelle chaque chat d’Ypres par son prénom. En lice cette année encore pour le titre belge, le pilote de la Skoda Fabia BMA sait pourtant qu’il n’aura pas la partie facile, ce week-end, lors du sommet du Westhoek. "Le plateau est relevé, il y a des pilotes plus rapides que nous", reconnaît-il, humblement.

Il pense, bien sûr, en priorité au leader du Mondial, Thierry Neuville, dont il ne fait pourtant pas son favori. "Pour moi, l’homme à battre est Bryan Bouffier. Il a terminé trois fois deuxième, pilote une Fabia et l’an dernier encore, il aurait dû l’emporter sans une crevaison. Thierry est, bien sûr, capable de le battre. C’est la référence logique mais il faudra voir si sa Hyundai tiendra le coup durant deux jours."

Quant aux nouvelles C3 R5 des deux Kevin, Abbring et Demaerschalk ? "Elles vont aller vite mais elles sont pour moi un peu trop nouvelles pour pouvoir prétendre à la victoire. J’ai constaté en championnat du monde qu’elles manquaient encore de fiabilité."

L’atout principal des treize Skoda au départ… "Mon objectif prioritaire est de battre Vincent Verschueren nous devançant actuellement de quatre points au championnat belge" , précise encore Princen qui a vu la victoire lui échapper à Bocholt suite à une erreur de son équipier d’un jour. "C’est vrai qu’il a commis une faute de pointage mais, sans lui, je n’aurais pas été au départ non plus. Donc, je n’ai pas de regret. C’est dommage, mais cela arrive."

À éviter à Ypres car la suite de la saison n’est pas encore assurée. "On fera le point après ce week-end, mais le budget pour la suite n’est pas encore bouclé."

Les chances de le voir étrenner la VW Polo R5 au Condroz sont devenues très minces. "Je ne pense pas que BMA disposera encore de ses deux voitures. Les débuts mondiaux prévus en Allemagne ont d’ailleurs été reportés. Ils ont un peu de retard sur le planning prévu. Les clients seront servis plus tard."