WRC Le Français veut combler en Argentine le seul vide à son palmarès.

Vainqueur de trois des quatre premières manches du Championnat du Monde, dont les deux dernières au Mexique et en Corse, Sébastien Ogier est assurément le rallyman en forme du moment.

S’il n’avait dû son cinquième titre l’an dernier qu’à sa régularité, son expérience et les bévues de Thierry Neuville et l’équipe Hyundai, la situation est bien différente cette saison.

Alors qu’en 2017, débarqué un peu en dernière minute suite au retrait de VW, il avait dû s’adapter à une WRC plutôt survireuse développée par son équipier Ott Tanak, aujourd’hui, la Fiesta 2018 semble lui aller comme un gant.

Son travail avec M-Sport commence à porter ses fruits. Le soutien officiel de Ford se ressent déjà. "Et ce n’est qu’un début", sourit le Gapençais, qui a dominé les deux dernières épreuves pour porter à 43 son nombre de victoires en WRC.

En pleine confiance, Ogier a retrouvé le sourire même si le buzz médiatique des deux dernières apparitions de Sébastien Loeb ne lui a pas trop plu.

Mais en Argentine, il ne se fera plus voler la vedette par son compatriote retourné en rallycross jusqu’au Rallye d’Espagne.

La seule chose qui pourrait encore le faire râler, pour ne pas changer ses mauvaises habitudes, c’est qu’il retrouvera sa position de balayeur. Un rôle assez handicapant pour l’avoir empêché jusqu’ici d’inscrire son nom au palmarès d’une épreuve suivie par un million de fans enthousiastes passant pour certains leur nuit dans la pampa à griller de la viande et faire la fête.

"C’est ma neuvième participation ici et c’est la seule manche mondiale que Julien et moi n’avons pas encore réussi à remporter", confie le pilote Red Bull. "Une lacune que j’aimerais bien combler. Tout va dépendre de la première étape où nous ouvrirons la route. La météo annonce de la pluie avant le départ, ce qui pourrait nous aider en diminuant la poussière. Je ne vais pas prendre tous les risques car je dois aussi songer au championnat."

Devancer notre compatriote Thierry Neuville, deuxième à 17 points, et son ex-équipier Ott Tanak (3e à 39 unités) est la priorité.

Mais la bataille en Argentine ne devrait pas se circonscrire entre les trois meilleurs performers de ce début de saison. La Citroën de Kris Meeke, les Toyota Yaris, les deux autres Hyundai et même la seconde Ford d’Elfyn Evans devraient avoir leur mot à dire.

On se souviendra que le Gallois avait raté sa première victoire ici pour 7 dixièmes face à Thierry Neuville. Le pilote Fiesta qui bénéficiera à nouveau d’une excellente position de départ a une belle revanche à prendre. Et Malcolm Wilson deux chances donc de voir enfin une Ford l’emporter, seize ans après la Focus d’un certain Carlos Sainz !