WRC Un premier scratch pour le Belge revenu 9e et visant encore un Top 6, voire mieux…

Un peu trop "chaud" pour la glace givrant les sommets du col de Fontbelle, du côté de Sisteron, Thierry Neuville a d’emblée été refroidi, jeudi soir, en voyant ses espoirs de premier succès monégasque s’envoler dès la toute première spéciale. "J’étais juste 5 km/h trop vite", a répété notre compatriote. Les images en attestent. Une stupide sortie, à vitesse réduite, mais pas assez. On l’entend avec la caméra embarquée : trente secondes auparavant, Nicolas Gilsoul lui avait dit : "trop vite" lors d’un passage déjà limite, en slicks sur le verglas, donc avec une adhérence proche du zéro et aucun contrôle. Quelques secondes avant de se poser sur un mur de neige, son équipier avait crié "oulala". Mais Thierry n’a pas baissé la cadence…

"J’étais dans la spéciale un kilomètre avant son incursion dans le bas-côté et Thierry est arrivé comme un fou comparativement à Seb Ogier qui était au ralenti", témoigne un journaliste belge. "Il a d’ailleurs déjà failli sortir où nous étions. C’est dommage. Il n’y avait que cinq kilomètres de glace sur ce Monte-Carlo. Il aurait dû mieux gérer. Perdre cinq secondes s’il fallait, mais pas le rallye."

C’est le supporter qui parle, désolé de voir son pilote relégué à plus de quatre minutes.

Mais le mal était fait. Et Thierry était évidemment le premier déçu. Et la frustration ravalée au petit-déjeuner ressortait quand, dès la première spéciale matinale, il perdait encore une bonne trentaine de secondes suite à une crevaison lente. Quand cela ne veut pas sourire…

Heureusement, la suite de la journée allait s’avérer nettement plus positive, notre pilote Hyundai retrouvant progressivement la confiance, son rythme et le sourire avec un premier scratch 2018 dans la 8e et ultime spéciale de cette deuxième étape. "Là je me suis bien amusé", s’exclamait-il en reposant ses lunettes orange sur le nez. "Ce tronçon convenait bien à mon auto." Deux fois deuxième plus tôt, il tirait le bilan de ce vendredi : "Objectif atteint puisque je suis remonté 9e, à moins de deux secondes et demie d’Elfyn Evans. Bryan Bouffier est 40 secondes devant. Ces deux Ford sont mes prochaines proies. Après, j’essaierai de revenir sur Kris Meeke. Sixième, ce serait parfait. Tout peut encore arriver et même un Top 5 reste possible. On verra bien. Le but samedi sera de rester sur la route et de continuer à remonter pour prendre un maximum de points." Et prendre finalement ainsi un bien meilleur départ de saison qu’en 2017…