WRC

3,9 secondes séparent les deux candidats au titre à 4 spéciales et 42 km de l'arrivée

Un moteur calé au départ pour Seb Ogier puis une légère crevaison pour Thierry Neuville, les deux leaders du Rallye de Sardaigne ont tout donné cet après-midi. En témoigne l'écart de quatre dixièmes de secondes au terme de l'ES16, la dernière spéciale de la journée longue de près de 29 km. A la limite partout, les deux hommes ont offert un spectacle extraordinaire.

Reparti ce matin avec 18.9 de retard sur le pilote Ford, Thierry Neuville a achevé cette 2e étape à 3.9 de son grand rival. Cela signifie qu'il a repris 15 secondes, quasi toutes lors du premier passage dans Monte Lermo où le Gapençais a roulé sur un faux rythme. Mais lors de la boucle de l'après-midi, les deux caids du Mondial ont quasi fait jeu égal.

Cela s'annonce donc très disputé pour la victoire lors des quatre dernières spéciales de ce dimanche. 42 km « flat ou ». Un duel de titans. « Après ma crevaison, je n'avais plus de roue de réserve et j'ai donc dû faire un peu plus attention, » avouait Thierry. « J'ai dû songer au championnat. J'ai évité les plus grosses pierres. Mais j'ai essayé quand même. Et j'essayerai encore demain. »

Quand vous êtes aussi près de votre proie, vous ne la lâchez pas.

« Cela a été une belle bagarre toute l'après-midi, » souriait un Seb Ogier se crachant dans les mains pour tenir tête au Belge. « J'ai pris beaucoup de plaisir. Je vais continuer à pousser. Pas question que Thierry me double. »

Plus loin, ce sont les deux équipiers de chez Toyota, Jari-Matti Latvala et Esapekka Lappi qui se sont chamaillés toute la journée pour la dernière marche du podium. Un peu plus de cinq secondes seulement les séparent ce soir au bénéfice du plus expérimenté.

Et pour la cinquième place, il n'y a que 2.1 entre Hayden Paddon (Hyundai) et Mads Ostberg (Citroën). On va continuer donc à attaquer à tous les niveaux ce dimanche. Plus question pour personne, sauf peut-être pour les pilotes repartis en Rally2 comme Tanak, Mikkelsen ou Suninen, d'économiser ses gommes jusqu'à la Power Stage.