WRC

Après un 2e scratch puis une petite faute dans l'ultime spéciale, le Belge termine la première étape en leader du Rallye de Turquie.

Qui aurait osé parier cela ? Alors qu'il craignait de perdre gros ce vendredi en ouvrant la route sur les chemins turcs, Thierry Neuville a pris la tête de l'épreuve à l'issue de la 7e spéciale, la dernière de cette première étape. Le Belge devance ce vendredi soir son grand rival Sébastien Ogier de trois dixièmes de seconde et cela après plus d'1h52 contre le chrono. En tête jusqu'à la 6e spéciale, Andreas Mikkelsen sur la 2e Hyundai glisse au 3e rang à 2.6 de son équipier.

"Je suis évidemment très heureux du déroulement de cette première journée", a indiqué Thierry qui s'en voulait néanmoins d'avoir commis une petite erreur dans l'ultime tronçon. "Je n'ai pu éviter un demi tête-à-queue. Cela m'a coûté 5 à 6 secondes et sans doute le meilleur temps là aussi. Je suis très déçu de cette faute."

Cela ne l'empêchait toutefois pas de s'installer aux commandes de cette 10e manche du Mondial, trois dixièmes devant Ogier auteur du meilleur temps lors du second passage dans la très longue spéciale. "Il a pris plus de risques que moi dans les portions cassantes et cela a payé", confessait Thierry. "J'ai réagi dans la suivante en attaquant à mon tour dans les plus mauvaises endroits."

"C'est très serré entre Thierry et moi", confiait pour sa part le Français regrettant le temps perdu dans la poussière matinale. "J'y ai laissé pas mal de temps. Je devais même freiner en lignes droites. Sans cela, je serais bien en tête. Les organisateurs ont maintenant compris qu'ils devaient mettre un écart de quatre minutes entres voitures pour éviter ce genre de problème. La bataille ne fait que commencer. Notre objectif n'a pas changé. On doit terminer devant Neuville dans l'optique du championnat. Sur ce type de route, tout peut arriver pour l'un comme pour l'autre."

Derrière les deux candidats au titre et à la victoire, Andreas Mikkelsen, victime d'un tête-à-queue dans l'ES7, a quelque peu marqué le pas durant l'après-midi. Quatrième, Jari-Matti Latvala sur la meilleure des Toyota tente de s'accrocher mais ce n'est pas simple, les Yaris manquant d'adhérence dans les portions techniques et cassantes. Beaucoup plus loin, Ott Tanak (à 31.9) et Esapekka Lappi (à 36.8) ont grimacé toute la journée ponctuée tout de même par un meilleur temps pour l'Estonien.

La deuxième boucle a coûté cher aux Citroën pourtant très bien parties ce matin.

Victime de deux crevaisons, Craig Breen a chuté au 7e rang. C'est pire encore pour Mads Ostberg contraint à l'abandon sur bris de suspension. Tout comme Elfyn Evans (roue arrachée sur une pierre), le Norvégien repartira en Rally2 ce samedi où l'on s'attend à une chaude bataille pour la victoire entre Neuville et Ogier.

14h01: WRC Turquie ES5: Ogier frappe fort et remonte 2e devant Neuville

Andreas Mikkelsen reste leader, soucis de pneus pour les Citroën

Septième au classement à l'issue de la première boucle, Sébastien Ogier a frappé un grand coup en ce début d'après-midi. Lors du deuxième passage dans la longue spéciale de 38 km, le pilote Ford a signé son premier scratch et repris la bagatelle de 18 secondes à Thierry Neuville qu'il a dès lors doublé au classement général.

Andreas Mikkelsen a réussi à garder la tête de l'épreuve, mais son ex-équipier Seb Ogier est revenu à 12.7 du pilote Hyundai. Le Français précède désormais son rival belge au championnat de 7.7 secondes.

« Cela va de suite mieux sans poussière, » s'est exclamé le quintuple champion du monde. « Je n'ai pourtant pas poussé super fort dans les portions les plus cassantes. »

Cinquième seulement, Thierry Neuville n'a plus pu aveugler cette fois ses rivaux de sa poussière. « J'ai abordé les portions les plus délicates calmement, »a-t-il indiqué à l'arrivée. « Seb a fait la différence sur la prise de risques. »

Malgré tout, notre compatriote remonte au 3e rang du classement général, une grosse seconde devant la Toyota de Jari-Matti Latvala et 1.7 devant la Citroën de Mads Ostberg achevant la spéciale avec un pneu avant gauche complètement déchiqueté.

Son équipier Craig Breen, en tête ce matin, a lui terminé sur la jante après avoir crevé à l'arrière gauche : « Je ne sais pas où cela s'est passé. J'ai fait 25 km comme cela, » lançait-il en pleurs au finish.

Victime lui aussi d'une crevaison, Elfyn Evans a privé Ford du tiercé sur cette spéciale où Teemu Suninen a signé le deuxième chrono à 2.7 de son chef de file, le Finlandais remontant ainsi au 7e rang derrière Hayden Paddon mais devant le pauvre Craig Breen relégué à 40.7 de la tête de la course. Deux spéciales restent au programme de l'après-midi.