Moteurs Le Top 5 est complété par Laurens Vanthoor (Porsche n°991), 5e.

C’était la seule course d’envergure qui manquait au palmarès de W Racing Team. Dans les collines du Mount Panorama, l’équipe de Baudour a triomphé en remportant les 12 heures de Bathurst. L’Audi R8 LMS n°37 pilotée par Dries Vanthoor, Robin Frijns et Stuart Leonard a pris le commandement de l’épreuve à une quarantaine de minutes de l’arrivée.

La course fut marquée par de nombreuses neutralisations, et c’est d’ailleurs sous régime de voiture de sécurité que la course s’est achevée quand une Audi et une Mercedes entraient dans une violente collision à 15 minutes de l’arrivée. Les officiels finissaient par brandir le drapeau rouge et annoncer que la course ne repartirait pas, tant les dépris étaient nombreux sur la piste.

Robin Frijns cueillait donc le drapeau à damiers… dans le parc fermé. C’est également le 1er succès du Hollandais mais aussi celui de Leonard et de Dries Vanthoor, le jeune Limbourgeois ayant débuté en Australie cette année. Le Top 3 était complété par la Mercedes-AMG GT3 n°75 SunEnergy de Habul-Vautier-Whincup-Marciello et la Porsche 911 n°540 Black Swan Racing de Pappas-Bleekemolen-Stolz-Lieb.

Du côté des autres Belges au départ à Bathurst, on a connu des fortunes diverses. Alors qu’il s’apprêtait à terminer 3e de l’épreuve, Laurens Vanthoor voyait sa Porsche 911 n°991 du Craft-Bamboo Racing rétrogradée à la 5e place. Un beau résultat malgré tout pour le pilote officiel Porsche et ses équipiers Earl Bamber et Kevin Estre, qui ont notamment été pris dans un accrochage avec la BMW M6 partie en pole.

Après un très beau début de parcours où il a pointé dans le tiercé de tête, Fred Vervisch (Audi R8 n°22 MPC) ne peut faire mieux que 27e. Son équipier Kelvin Van der Linde a en effet tapé le mur de Bathurst, ce qui coûtait de précieux pour réparer l’Audi meurtrie. Course cauchemardesque pour Maxime Soulet et ses camarades sur la Bentley n°18, victimes d’un changement de boîte avant que Mad Max n’aille échouer dans le bac à graviers des suites d’une impressionnante crevaison qui disloquait l’avant-droit de la Bentley.