Moteurs

La course en tête trop vite décapitée avec les abandons précoces de Bryan Bouffier et de Kevin Abbring.

Avec deux des trois principaux favoris (Bryan Bouffier souffre d'un tassement des lombaires après une sortie de route dans l'ES2, tandis que Kevin Abbring a été victime d'une casse d'un moyeu de roue dans l'ES3 sur sa C3 R5 mais pourra repartir demain) out lors des trois premières spéciales, le feu d'artifice d'Ypres a, une fois encore, vite tourné au pétard mouillé.

Heureusement, le chouchou du public belge ne s'est, cette fois, pas fait piéger. Et après un départ prudent, le temps de s'habituer à sa Hyundai version R5, moins rapide, moins adhérente et dans laquelle il se sent forcément moins à l'aise qu'au volant de sa WRC, Thierry Neuville a aligné les scratches : sept en neuf spéciales. Assez pour rentrer à Ypres au terme de cette première étape avec une avance pas encore confortable de 14.1 sur la première des nombreuses Skoda Fabia, celle du champion de Belgique Vincent Verschueren.

Avec encore 14 spéciales et deux tiers du kilométrage au menu de la journée de samedi, il était bien sûr encore trop tôt pour mettre le champagne au frais du côté des Coréens, mais on se disait déjà que seule une erreur de pilotage ou une panne mécanique (il a dû procéder à un changement de démarreur entre les deux boucles de ce vendredi) pouvait encore priver notre leader mondial de son premier succès en championnat de Belgique.

Derrière, Vincent Verschueren et Kris Princen, séparés par seulement 3 secondes, allaient continuer à se battre pour le premier accessit et de précieux points dans l'optique du titre belge.

La bonne surprise venait du quatrième rang occupé à l'issue de cette première étape par Kevin Demaerschalk sur la Citroën C3 R5 rescapée. Le pilote de Hoeillaert comptait un retard d'un peu moins d'une demie minute sur Neuville et un peu plus de dix secondes sur la Fabia italienne de Cédric Cherain.

La victoire se jouera d'office cette année entre Belges. Premier étranger et leader du championnat d'Angleterre lui aussi aux commandes d'une Hyundai, le champion d'Angleterre Keith Cronin pointait déjà à 49.6. Il précédait le vainqueur spadois Adrien Fernémont (Skoda) et Matt Edwards sur la première des Ford.

Plus à l'attaque que d'habitude, Sébastien Bédoret pousuivait sa montée en puissance sur la Skoda officielle. Il n'y a pas photo en tout cas avec son prédécesseur. Le jeune Belge de 22 ans précédait le champion des Pays-Bas Herman Kobus clôturant le Top 10.

Avouant lui-même être trop prudent vu qu'il n'a clairement plus de joker ni de droit à l'erreur, Guillaume de Mevius roulait sur des oeufs aux commandes de la Peugeot 208 R5 victorieuse l'an dernier et devait se contenter d'un très modeste 13e rang à déjà 1'43, soit plus d'une seconde au kilomètre. Vraiment pas évident de devoir assurer un résultat sur un parcours comme celui-ci.

Dix-huitième au général, Patrick Snijers menait la Porsche Cup et le classement deux roues motrices plus d'une minute devant l'autre 997 de Chris Van Woensel.

Rallye d'Ypres : Le classement après la 1ère étape : 1. Neuville-Gilsoul (Bel/Hyundai i20 R5) en 49.00 ; 2. Verschueren-Hostens (Bel/Skoda Fabia R5) à 14.1 ; 3. Princen-Eelbode (Skoda Fabia R5) à 17.1 ; 4. Demaerschalk-Vanneste (Bel/Citroën C3 R5) à 27.2 ; 5. Cherain-Cuvelier (Bel/Skoda Fabia R5) à 38.0 ; 6. Cronin-Galvin (Irl/Hyundai i20 R5) à 49.6 ; 7. Fernémont-Maillen (Bel/Skoda Fabia R5) ; 8. Edwards-Garod (GB/Ford Fiesta R5) à 1.04.5 ; 9. Bédoret-Walbrecq (Bel/Skoda Fabia R5) à 1.10.4 ; 10. Kobus-De Wild (P-B/Skoda Fabia R5) à 1.21.6 ; 11. Vanneste-Snaet (Bel/Skoda Fabia R5) à 1.25.3 ; 12. McCormack-Moynihian (GB/Skoda Fabia R5) à 1.31.9 ; 13. de Mevius-Wydaeghe (Bel/Peugeot 208 R5) à 1.43.1