Omnisports L’Anversoise, championne d’Europe de difficulté, a réussi en falaise le deuxième 9a + féminin de l’histoire.

N°2 mondiale dans la hiérarchie de difficulté, après avoir occupé la tête du classement la saison dernière, Anak Verhoeven est la nouvelle figure de proue de l’escalade belge. Ou la nouvelle Muriel Sarkany, si vous préférez. Mais dans une discipline en mal de reconnaissance médiatique, ses performances passent souvent inaperçues.

L’Anversoise de 21 ans a pourtant réussi un authentique exploit, le 10 septembre dernier, sur le site de Pierrot Beach, dans le Vercors, en devenant la deuxième femme de l’histoire à proposer une voie cotée 9a +. Un niveau de difficulté que seule l’Américaine de 19 ans Margo Hayes a été en mesure d’avancer, au début de l’année en Espagne puis récemment en France. "Bien sûr, il faut attendre que d’autres grimpeurs ou grimpeuses s’y attaquent pour confirmer le degré de difficulté mais je suis très heureuse et très fière d’avoir libéré une nouvelle voie, un privilège généralement réservé… aux hommes !", dit-elle.

C’est, en effet, en reliant Sang neuf (9a), qui se refusait aux locaux depuis deux ans, et Home sweet home (8c +) qu’Anak a établi un tracé inédit baptisé… Sweet neuf.

"J’avais déjà tenté la première de ces deux ascensions, un projet de 15 mètres, en avril 2016 mais les conditions étaient alors trop mauvaises, avec beaucoup de vent, et je m’étais jurée d’y revenir, d’autant que j’avais pu faire tous les mouvements. Il fallait juste trouver le temps entre les différentes compétitions pour revenir en falaise. Ici, c’était le moment opportun, je me savais en forme et je l’ai donc réussi d’emblée", explique Anak Verhoeven. "Après un jour de repos, il me restait alors un jour de grimpe et je me suis décidée à accomplir le deuxième projet, long de 25 mètres. Le rocher était bien sec et, après avoir refait Sang Neuf , j’ai réussi, sur ma lancée, à enchaîner avec Home Sweet Home , là aussi du premier coup !"

(...)