Athlétisme

Le relais 4x400 mètres masculin belge, avec dans l'ordre Julien Watrin, Robin Vanderbemden, Jonathan Sacoor puis Dylan Borlée, s'est qualifié pour la finale de l'épreuve, vendredi aux Championnats d'Europe d'athlétisme de Berlin.

Placés dans le couloir N.4 de la 2e série, les Belgian Tornados ont remporté leur course en 3:02.55. Troisième relayeur, Jonathan Sacoor a laissé une très belle impression. Le récent champion du monde U20 a déposé ses adversaires, permettant à Dylan Borlée de parachever le travail dans le dernier tour de piste.

© BELGA
La Belgique, qui a pu lever le pied dans le final au vu de son avance, a signé le 4e temps des séries derrière la Grande-Bretagne (3:01.62), la France (3:01.67) et la Tchéquie (3:02.52). La Pologne, l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne sont les autres qualifiés pour la finale, prévue samedi (21h30).

Les trois premières nations de chacune des deux séries ainsi que les deux temps suivants se qualifiaient.

Kevin et Jonathan Borlée, absents en séries, disputeront vendredi soir (21h05) la finale du 400 m individuel. Ils ont été épargné en séries du relais par Jacques Borlée. C'était la première fois depuis 2008 que le relais belge s'alignait sans Kevin ou son frère jumeau Jonathan.

Les Tornados défendent à Berlin leur titre européen acquis à Amsterdam en 2016.

Jonathan Sacoor: "L'or est pour nous!"

"On était tous les quatre au top", a commenté le champion du monde Sacoor qui a effectivement produit une grosse impression. "Jacques Borlée m'avait dit de ne pas trop forcer dans les 300 premiers mètres, compte tenu du vent. Mais il m'a semblé qu'il ne soufflait pas si fort que cela, et j'y suis donc allé plus ou moins à fond. J'avais encore des réserves dans la ligne d'arrivée."

Tenants du titre, les Belgian Tornados entendent bien le conserver dans la capitale allemande. Kevin et Jonathan Borlée seront en lice dans la finale individuelle ce vendredi soir (21h05). Leur coach et père Jacques, qui avait pris le risque calculé de s'en passer en séries, comptera évidemment sur eux pour gagner la bataille de l'or samedi (21h30).

"On respecte naturellement la concurrence", a poursuivi Sacoor, "mais c'est clair que nos chances de l'emporter sont grandes. Je suis déjà très impatient d'être au départ de cette finale, et ne me sens nullement éprouvé".

Dylan Borlée a franchi la ligne d'arrivée avec un Kurfürstendamm d'avance sur ses "poursuivants".

"Les trois autres m'avaient parfaitement mis sur orbite", a-t-il souligné avec humour. "Il ne me restait donc plus qu'à terminer le travail, et je dois reconnaître que ce n'était pas très difficile. J'ai même pu à plusieurs reprises me permettre de suivre un peu la course sur l'écran géant du stade. C'était chouette. J'ai très bien récupéré les efforts fournis lors de mes deux courses individuelles..."