Athlétisme Présent à Ostrava pour la 9e fois, il poursuit sa préparation sur 100 m.

S’il n’y avait les Championnats du Monde de Londres qui débutaient le 4 août prochain, on pourrait croire que la carrière d’Usain Bolt est d’ores et déjà terminée ! Le Jamaïcain de 30 ans semble, en effet, assurer le service minimum au cours de cette saison dont il a confirmé qu’elle serait la dernière.

Une sortie à Kingston sur 100m (10.03), le 10 juin dernier, pour saluer une dernière fois ses plus chauds partisans, une autre prévue dans la ligne droite ce mercredi à Ostrava, "un meeting qui a toujours fait partie de mes préférés" (la générosité des sponsors aidant !), et un troisième et dernier 100m à Monaco, le 21 juillet prochain : ce sera déjà tout en guise de préparation avant les Mondiaux où le légendaire sprinter ne défendra qu’un seul de ses deux titres mondiaux en individuel sur la plus courte de ses distances de prédilection.

"Les gens n’arrêtent pas de me poser la question mais c’est sûr que je ne courrai pas le 200m à Londres", a-t-il répété ce lundi, en République tchèque, où il est arrivé en avion privé. "J’ai eu une grande carrière, dont j’ai apprécié les hauts mais aussi les bas, toute l’expérience emmagasinée, les joies et les peines. J’ai fait tout ce que je voulais faire et maintenant c’est la fin. Je n’ai pas de problème avec ça."

Après un 100m déjà moyennement dense à Kingston dont il n’était pas satisfait ("c’était vraiment dur pour moi. J’étais nerveux, il y avait mes amis, ma famille. J’ai fait un mauvais départ et rien n’a fonctionné", avoue-t-il), Usain Bolt va carrément courir sur du velours à Ostrava, faute d’opposition à la mesure de son talent : seul le Turc d’origine... jamaïcaine Jak Ali Harvey possède un record inférieur aux dix secondes.

C’est que personne ne veut voir le roi tomber de son piédestal avant le grand rendez-vous de l’été. "En ce qui concerne ma forme, je ne suis pas inquiet", affirme-t-il. "Je sais qu’avec le temps, je serai meilleur et prêt pour les Championnats du Monde. Je fais confiance à mon coach, je ne me soucie pas de ce genre de chose."

Il n’empêche, tout octuple champion olympique qu’il soit, Usain Bolt ne se verra pas dérouler le tapis rouge sous ses pointes à Londres où Justin Gatlin, sacré champion des États-Unis le week-end, ou encore le Canadien Andre De Grasse, pointé comme le principal candidat à la succession du Jamaïcain, aimeraient s’offrir son scalp et marquer l’histoire, quitte à gâcher ses adieux. "J’ai été surpris que Gatlin s’impose car il y avait de sacrés jeunes face à lui. Cela démontre que c’est un vrai compétiteur", a encore souligné Usain Bolt. Qui avait récemment conseillé à De Grasse de "prendre son temps" pour arriver au sommet. Mais le gamin, qui vient de signer un impressionnant chrono de 9.69 venté (+4,8 m/s), l’écoutera-t-il ?