Athlétisme Wayde van Niekerk a battu le record du monde de Michael Johnson sur 300 m.

Selon les explications d’Usain Bolt, vainqueur poussif (10.06, - 0,3 m/s) d’un 100m pourtant dépeuplé ce mercredi soir à Ostrava, le Jamaïcain pourrait souffrir d’une petite blessure. Rien de nature à compromettre sa participation, le mois prochain, aux Championnats du Monde de Londres où il aura un titre mondial sur 100m à défendre mais l’octuple champion olympique allait tout de même consulter un médecin à l’issue du meeting Golden Spike.

Follement accueilli par le public tchèque, dans ce stade où il se sent comme chez lui et où il se produisait pour la neuvième fois, Usain Bolt n’a pas laissé la meilleure des impressions, il est en sans doute le premier conscient. Mais, fort de ses expériences antérieures, et à un peu plus d’un mois du début de la compétition phare de l’été, chacun sait aussi que la superstar du sprint mondial est tout à fait capable de remettre les pendules à l’heure durant ce laps de temps. Et pourquoi pas dès sa participation au meeting Herculis de Monaco le 21 juillet prochain ?

"Je ne suis pas content de mon temps mais ce n’est qu’un début, j’ai eu quelques soucis de santé", a-t-il glissé.

En attendant, c’est un autre roi de la vitesse, Wayde van Niekerk, qui a surtout fait parler de lui ce mercredi. Le Sud-Africain, qui a fait sensation aux Jeux Olympiques de Rio en s’emparant du record du monde du 400m de Michael Johnson (43.03), a subtilisé une autre meilleure marque mondial à l’Américain, cette fois sur 300m : 30.81 contre 30.85 à Johnson en 2000 (Bolt a un record à 30.97). La distance n’est certes pas courue en championnats mais la performance de van Niekerk n’en reste pas moins bluffante et révélatrice de la toute grande forme acquise par le nouveau cador du sprint. Lequel détient désormais des chronos de référence affolants : 9.94, 19.84, 30.81 et 43.03 !

Usain Bolt a peut-être eu le nez fin en décidant de ne pas courir le 200m à Londres, où la perle du Cap doublera avec le 400m. Il lui reste toutefois du pain sur la planche s’il veut s’imposer sur... 100m ! On notera enfin l’abandon de notre compatriote Bashir Abdi sur 10.000m, une épreuve remportée par Mo Farah en 27:12.09.