Omnisports

Bart Swings aborde ce week-end la plus importante saison de patinage de sa carrière. Dans moins de cent jours, débutent les Jeux Olympiques de PyeongChang (9-25 février). Une médaille en Corée du Sud traduirait la réussite de sa saison.

La dernière médaille olympique belge aux JO d'hiver remonte à 20 ans. Elle a été obtenue par un autre patineur de vitesse, d'origine néerlandaise, Bart Veldkamp, médaille de bronze sur 5000 m à Nagano, au Japon.

Swings aborde le premier rendez-vous de la Coupe du monde avec à peine deux marathons de patinage dans les jambes. L'étudiant louvaniste de 26 ans disputera à Heerenveen les 1500m, 5000m et le "massa start", un mini-marathon long de seize tours.

Alors que plusieurs de ses concurrents directs Sven Kramer et Ted Jan Bloemen ont témoigné de leur forme pendant l'avant-saison, Swings n'a pas réalisé un seul chrono notable.

Pas moins de treize patineurs ont déjà couvert un 5000 m sous les 6:20 avant le début de la saison.

A l'inverse des Néerlandais, Norvégiens et Canadiens, le patineur belge ne doit pas se qualifier. Swings peut donc aborder la saison à son aise. "Je ne trouve pas grave de ne pas avoir réalisé de chrono", a confié Swings. Il est satisfait de ses deux marathons (125 tours) où il a terminé 2e (à Amsterdam) et 4e (à Heerenveen).

Après ce week-end, Swings et son entraîneur Jelle Spruyt auront une indication. Les autres épreuves de Coupe du monde à Stavanger, Calgary et Salt Lake City permettra de savoir si la préparation ces derniers mois a été efficace ou pas.

Swings est remonté sur la glace début août. Il s'était auparavant consacré comme les années précédentes au roller. Il a rejoint les patineurs norvégiens pour la première fois. Sverre Lunde Pedersen, Simen Spieler Nilsen et Sindre Henriksen étaient des partenaires d'entraînement de valeur égale ce qui n'était pas le cas dans le passé.