Omnisports

Du haut de ses 18 victoires (et 18 KO !) à 27 ans, le champion olympique 2012 des lourds Anthony Joshua a senti la bonne opportunité lorsque le promoteur Eddie Hearn a évoqué la possibilité pour lui de rencontrer Vladimir Klitschko (64 v., 4 d.), pour qui il a déjà joué le rôle de sparring-partner dans le passé. Un combat exhalant un parfum de revanche (voire de quitte ou double) pour l’Ukrainien, méchamment secoué par Tyson Fury fin 2015, et aux allures d’irrésistible ascension pour le natif de Watford.

"J’aurais pu tenter de conserver mon titre britannique, ou viser le titre européen au passage, mais ce combat-ci, c’est l’opportunité que j’attendais : je suis prêt pour Klitschko !", affirme le massif détenteur du titre IBF qui a la possibilité d’ajouter, ce samedi, celui de la WBA à son palmarès.

Ceux qui ont vu le vétéran de 41 ans à l’œuvre, dernièrement, à l’entraînement, lui rétorqueront que Vladimir Klitschko a retenu la leçon et que ses 27 (!) années passées sur le ring jouent en sa faveur. Mais Joshua, particulièrement détendu jusqu’à deux jours de ce duel avant de serrer soudainement les mâchoires, ne se laisse pas impressionner. Tout juste pourrait-il l’être par l’assistance de 90.000 personnes attendue à Wembley pour ce véritable choc des générations auquel aspire tout le milieu.

"C’est le risque pris par les deux parties qui suscite un tel engouement", fait remarquer le promoteur de cette soirée retransmis sur 140 chaînes de télévision dans le monde (NdlR : (sur VOOsport World 1, dès 21h chez nous). "Pour faire un grand combat, le timing doit être parfait comme il l’est ici."

[...]

Découvrez la suite de cet article dans notre Edition Abonnés. Si vous n'êtes pas encore inscrit, découvrez nos offres et nos tarifs ci-dessous.