Omnisports Le champion belge a putté pour partir en playoff avec l’Anglais Justin Rose, mais termine finalement deuxième en Turquie.

À égalité en tête avec Justin Rose au départ du dernier trou, Nicolas Colsaerts est passé tout près de sa troisième victoire sur l’European Tour, hier, lors du Turkish Airlines Open, l’un des plus importants tournois de la saison (équivalent d’un Masters 1000 en tennis). Mais là où l’Anglais a enquillé le birdie, le Bruxellois a dû se contenter du par.

"Mon putt de trois mètres manquait peut-être un peu d’agressivité. Mais je ne regrette rien. J’ai joué à un très haut niveau durant quatre jours. Je termine deuxième. C’est très positif…" nous confiait-il en quittant Antalya pour l’Afrique du Sud.

De fait, le Belgian Bomber a signé l’un des plus beaux tournois de sa carrière. Il termine finalement ce Rolex Serie (7 millions $ de prize money) à 17 coups sous le par avec 80 % de greens touchés en régulation, une moyenne de 280 mètres au drive et de 1,65 putt par trou. C’est impressionnant.

"Ma journée de samedi a été un peu moins bonne, c’est vrai. Mon double bogey sur le trou n° 10 a finalement pesé lourd dans la balance. Mon approche n’était pourtant pas mauvaise, mais la balle avait un peu de boue et n’a pas franchi l’obstacle d’eau. Mais je me suis bien repris dimanche. Mon jeu était solide. Lorsque j’ai réussi trois birdies consécutifs sur les trous 15, 16 et 17, j’y ai, bien sûr, cru. Mais Rose est sans doute le meilleur joueur du monde actuellement. Il n’a rien lâché. Forcément, il y a un peu de déception, mais il y a surtout beaucoup de satisfaction. Mon jeu est bien en place. J’évolue probablement au meilleur niveau de ma carrière. C’est le fruit de beaucoup de travail… "

Grâce à cette deuxième place, Colsaerts emmagasine plus de 500.000 points (ou euros) à la Race to Dubaï où il se positionne désormais à la 24e place avec 1,18 million € gagné depuis le début de l’année. Ce lundi, il va retrouver le Top 100 mondial. Et quelque chose nous dit que sa remontée vers les sommets est loin d’être finie. Le Coels jouera cette semaine à Sun City et il enchaînera ensuite avec le bouquet final de la saison à Dubaï sur un parcours qu’il adore. Il sera temps ensuite de souffler un peu et de se préparer à un autre défi : il sera papa en février !