Omnisports

La confrontation avec le champion d’Asie était capitale après la défaite logique contre l’Autriche. 

Les Belges passaient rapidement au commandement grâce à un revers magique de Charlier, positionné sur la ligne de fond (1-1). Mais les Iraniens allaient montrer qu’ils ne sont pas demi-finalistes mondiaux pour rien. A la 4e minute, Norouzzadeh descendait tout le long de la ligne de côté et mystifiait Gucassoff (1-1). Trop de relâchement e la part des Belges leur coûtait cher. Très vifs, très agressifs et n’hésitant pas à mettre le corps et le sick, ils imposaient un rythme fou à la rencontre. A la 7e minute, alors que les Belges étaient arrivés à se dégager, ils se retrouvaient à 4 dans le cercle et ne pouvaient profiter de leur supériorité numérique pour battre le gardien Hatami. A la 10e minute, Sadi tirait dans le filet latéral. Les pertes de balle trop fréquentes es lions leur causaient de belles frayeurs. Aroei Tirait à côté à la 13e et dans la foulée, Gucassoff, encore une fois brillant, arrêtait un but tout fait. A la 15e, Nourouzzadeh déviait un tir de loin dans le plafond (1-2). En plus de leur vivacité, les Iraniens sont des techniciens hors pair et l’un deux mettait trois Belges dans le vent : du grand art. A la 18e minute, les Lions obtenaient un pc et le sleep de Zimmer était arrêté fautivement ; Boon transformait le stroke (2-2). La première mi-temps se terminait par un essai raté de Plennevaux et un arrêt réflexe de Gucassoff sur une déviation à bout portant.

La reprise voyait les Belges s’enhardir et prendre plusieurs initiatives, toutefois sans perdre leur structure, ce qui leur avait coûté cher contre les Autrichiens. Boon, Dykmans et Charlier allaient tirer sur l’objectif, sans succès. A la 28e, Gucasoof arrêtait du sabot un pc très bien tiré. Et alors que le gardien belge intervenait encore, la défense belge se laisse déporter à droite et Norouzzadeh – encore lui -, complètement oublié à gauche crucifiait Gucassoff (2-3). Dans la minute suivante, Charlier trouvait le poteau. Les Belges attaquaient et obtenaient un pc que Bonn convertissait (3-3). On en restera là non sans que la défense belge ne passe un nouveau moment difficile.

Les Belges arrachaient ainsi leur premier point au terme d’une vraie bagarre. « Oui, mais on est en coupe du Monde ici », arguait Zimmer, content d’avoir résisté à des techniciens aussi rapides que puissants. « On est enfin rentré dans le tournoi. On a eu peu de temps pour préparer ce match sans images. L’équipe a retrouvé sa structure qu’elle avait perdu contre l’Autriche », expliquait Max Bergez. « On a trouvé aussi un équilibre entre agressivité et contrôle, sans être méchant. Tom et Cédric se sont tout doucement intégrés dans l’équipe et ça commence à tourner. »

Les buts : 2e Charlier (1-0), 4e Norouzzadeh (1-1), 15e Norouzzadeh (1-2), 18e Boon sur stroke (2-2), 32e Norouzzadeh (2-3), 35e Boon sur pc (3-3)

Belgique : Gucassoff, Boon, Charlier, Degroote, Dykmans, Jacob, Cornillie, Pangrazio, Zimmer, Maraite, Charlier, Plennevaux, Gryspeerdt
Iran : Hatami, Bahrami, Orouei, Asnaashari, Sadi, Nooranian, Aroei, Bohlouli, Taherirad, Noruzzadeh,Beiranvand et Chazanisharahi