Autres sports 12 journalistes sportifs de la DH vous adressent leurs meilleurs et plus mauvais sentiments sportifs

BRUXELLES Ils suivent tous les jours pour vous les exploits et déboires des footballeurs, cyclistes, pilotes,... Voici leur palmarès subjectif.

Athlétisme - GUY BEAUCLERCQ

J'ai aimé...

1. Kim et Tia

Quelle soirée, ce vendredi 11 août ! À deux minutes d'intervalle, deux médailles d'or... Par la grâce de Kim Gevaert, sur 200 m, et de Tia Hellebaut, à la hauteur. 35 ans après Karel Lismont, la Belgique a régné sur l'Europe l'espace d'un soir.

2. Jonathan Borlée

Comme son frère, Kevin, un talent à l'état pur ! Et celui de Jonathan Borlée n'a pas tardé à s'exprimer avec une superbe quatrième place sur 400 m aux Championnats du Monde juniors, en août, à Pékin.

3. Kristof Beyens

Longtemps sur le flanc, Kristof Beyens est revenu juste à temps pour se classer quatrième de la finale du 200 m aux Championnats d'Europe.

J'ai pas aimé...

1. Justin Gatlin

Champion olympique, champion du monde, un moment seul recordman du monde, Justin Gatlin incarnait le renouveau de l'athlétisme américain. Jusqu'à ce qu'un jour du mois d'août, son taux de testostérone ne dépasse la limite...

2. Erik Wijmeersch

Soupçonné, perquisitionné, interrogé, emprisonné, Erik Wijmeersch a défrayé la chronique judiciaire avant de rebondir aux Championnats d'Europe, à Göteborg. En attendant les suites de son affaire !

3. Michaël Velter

Pour avoir fumé un joint la veille d'une compétition, Michaël Velter a été contrôlé positif au cannabis. De la bêtise, il n'y a pas d'autre terme !



Automobilisme - OLIVIER DE WILDE

J'ai aimé...

1. François Duval

A plusieurs reprises, notre extra-terrestre a réussi des miracles, signant même les trois premiers scratches d'une Fabia WRC en Championnat du Monde. Le lauréat du Condroz mérite bien plus qu'un titre belge de .

2. Legend Boucles de Spa

Grâce à l'imagination de Pierre Delettre et à la neige, on a revécu une véritable édition des Routes Blanches. De quoi raviver la flamme de milliers de passionnés.

3. RBM

Pour la troisième année consécutive, la petite équipe malinoise a maté toutes les usines impliquées dans le Championnat du Monde de Tourisme. Coup de chapeau !

J'ai pas aimé...

1. Schumi à Monaco

En plantant volontairement sa Ferrari dans le rail pour empêcher son rival Alonso de lui subtiliser la pole lors des essais du Grand Prix de Monaco, Michael Schumacher a insulté la F1 et le sport automobile.

2. Kronos-Citroën

Lorsqu'elle a eu l'occasion de se mettre la Belgique en poche en alignant François Duval pour remplacer Sébastien Loeb blessé à l'épaule, les vieilles rancoeurs lui ont plutôt fait choisir Colin McRae.

3. Kizz Me

Abusé - comme Citroën - par une pseudo-marque de boisson énergétique, First a risqué la faillite pour faire rouler François Duval. Heureusement que Skoda était là...



Basket - DAVID LEHAIRE

J'ai aimé...

1. Mons

Des années que ce club grandit pas à pas. Il en a récolté les premiers fruits en remportant la Coupe de Belgique, premier trophée de l'histoire d'un club qui a aussi atteint un quart de finale de Coupe d'Europe et la finale du championnat.

2. Tomas Van den Spiegel

Si souvent décrié pour un physique fragile, le géant flandrien a relancé sa carrière au CSKA Moscou, avec qui il a gagné... l'EuroLigue. Cela lui a valu une 5e place au classement du Sportif de l'Année.

3. Van Rossom et Tabu

Au moment où les Belges disparaissent de l'élite, en voilà deux qui y font leur trou. Et pas n'importe où : à Charleroi et Ostende.

J'ai pas aimé...

1. La retraite de Jaumin

Principal artisan du titre national d'Ostende, Jaumin, élu Joueur de l'Année, a été poussé vers la porte de sortie par ses dirigeants. Dommage vraiment !

2. L'affaire Bree

Exsangue financièrement, Bree a profité de passe-droits pour obtenir une nouvelle licence. Visiblement, les Limbourgeois n'ont pas retenu la leçon puisqu'ils peinent à nouveau à nouer les deux bouts. Et on n'est qu'à mi-saison !

3. Charleroi

Cité en exemple depuis des années, le club d'Eric Somme a manqué les playoffs pour la première fois de son histoire. La faute, entre autres, à un recrutement calamiteux.



Cyclisme - ERIC DE FALLEUR

J'ai aimé...

1. Tom Boonen

La saison de Tom Boonen fut excellente. De janvier à septembre, il fit honneur à son titre de champion du Monde. Vainqueur d'un Tour des Flandres de légende, il a confirmé qu'il est l'un des tout meilleurs coureurs du peloton, l'un de ses patrons.

2. Paolo Bettini

Paolo Bettini a un énorme panache comme le prouve sa victoire au Tour de Lombardie, trois semaines après son succès au Mondial mais dix jours après le décès tragique de Sauro, son frère aîné et aimé.

3. Philippe Gilbert

Saluons l'émergence au plus haut niveau de Philippe Gilbert, vainqueur du Volk, dont la fin de saison fut aussi exceptionnelle.

J'ai pas aimé...

1. Conflit avec l'UCI

L'année aura été marquée par le conflit entre l'UCI et les organisateurs des grands tours. Le ProTour en est l'excuse mais il cache la véritable guerre d'influence qui oppose toutes les familles du cyclisme, puisque les patrons d'équipes et même les coureurs réclament leur part du gâteau.

2. L'opération Puerto

Elle éclata en mai et mit en exergue l'existence de réseau de dopage ultra-sophistiqué coulant Manolo Saiz, Jan Ullrich, Ivan Basso et Francisco Mancebo.

3. Floyd Landis

Floyd Landis fut contrôlé positif le jour de son fameux exploit au Tour. Dopé, il a sali l'image de la Grande Boucle.



Cyclisme - PHILIPPE VAN HOLLE

J'ai aimé...

1. Bettini à Salzbourg

Quel bonheur de voir la joie de Paolo Bettini montant sur la plus haute marche du podium mondial salzbourgeois. S'il est un coureur qui mérite ce titre, c'est bien lui.

2. Boonen en arc-en-ciel

Tom Boonen a fait honneur, toute la saison durant, à son beau maillot arc-en-ciel, notamment en remportant son deuxième succès d'affilée à Paris-Roubaix.

3. L'évolution de Gilbert

Philippe Gilbert avait frappé fort d'emblée en remportant le Circuit Het Volk, première grande course de la saison. Le Liégeois a clairement franchi un pallier cette année. La saison qui se présente devrait être celle de la confirmation et... de la consécration au plus haut niveau.

J'ai pas aimé...

1. Landis au Tour

Autant le dire d'emblée, on a rit jaune en entendant la nouvelle du contrôle positif à la testostérone de Floyd Landis, vainqueur du Tour 2006. Quelle farce grossière ! Le vélo n'avait pas besoin de ça !

2. Le train à Roubaix

Mauvaise note pour l'organisation de Paris-Roubaix, quand un passage à niveau fermé est venu fausser un final qui aurait pu être grandiose.

3. Basso chez Discovery

Basso répudié à La Grande Boucle, car cité dans l'affaire Puerto, n'a pas hésité à laisser tomber son ami Riis pour rejoindre le clan Armstrong. L'éthique ? On n'a pas l'air d'y attacher la moindre importance chez Discovery. Et si Basso était à nouvean interdit de Tour de France...



Foot - LAURENT DENUIT

J'ai aimé...

1. Les Diablotins à l'Euro 2007

Sans faire grand bruit, Jean-François De Sart mène de main de maître sa carrière de sélectionneur des Diablotins. Alors que notre équipe nationale ne fait plus peur à personne, sauf à ses supporters, nos Espoirs se sont brillamment qualifiés pour l'Euro où ils brigueront, en juin, une place pour les JO 2008.

2. Jérôme Efong Nzolo

Un arbitre de couleur en D1, il était temps. Le Carolo-Gabonais a été à la hauteur, au sein d'une corporation qui a besoin de sang neuf.

3. Emmanuel Éboué

Que de chemin parcouru par le Belgo-Ivoirien passé par Beveren, qui a atteint la finale de la Ligue des Champions avec Arsenal, en titulaire indiscutable au back droit.

J'ai pas aimé...

1. La lenteur de l'Union belge

La Fédération italienne n'a mis que quelques semaines pour sanctionner les clubs impliqués dans le scandale des matches truqués du Calcio. Nous, nous attendons toujours que l'Union belge punisse ceux qui furent les complices du Chinois Zheyun Ye.

2. Les singes des stades

Les campagnes anti-racisme se multiplient mais ne semblent pas avoir de prise sur quelques poignées d'idiots qui continuent à beugler leur frustration dans nos stades par des cris destinés aux joueurs de couleur.

3. Emir Mpenza

L'un des plus beaux joyaux du football belge a choisi les pétrodollars du Qatar pour se relancer. Et tant pis s'il s'enlise dans le désert...



Foot - MICHEL DUBOIS

J'ai aimé...

1. La visite chez des amis

Le slogan du Mondial 2006 a été respecté du coup d'envoi au coup de sifflet final de la compétition. L'Allemagne a tenu le pari qu'elle s'était lancé. Grâce, en partie, au souffle de fraîcheur que Klinsmann a instillé dans sa Mannschaft, un pays qu'on disait austère s'est déridé pendant cinq semaines.

2. Le couronnement du Barça

La victoire de Barcelone en Ligue des champions ou la consécration de vrais artistes qui ont rendu au football tout son attrait.

3. La révélation Franky Dury

L'avènement d'un entraîneur au parler vrai, compétent et avisé, qui est le même quel que soit le résultat forgé par son équipe, Zulte-Waregem.

J'ai pas aimé...

1. L'affaire Ye

La... confirmation que certains, dans notre football aussi, pouvaient bafouer l'éthique et la morale pour quelques milliers d'euros. J'ai détesté plus encore les entraîneurs que les joueurs incriminés.

2. La mort lente de La Louvière

Je n'aime pas qu'un club fleuron d'une région agonise de manière pathétique comme La Louvière. Le stade du Tivoli n'est ni beau ni accueillant mais s'il ne devait plus s'éclairer un samedi soir sur deux, le football belge serait un peu en deuil.

3. L'inertie de l'Union belge

Notre football est malade mais l'instance qui le gère n'a pas le courage de prendre les mesures qui s'imposent pour tenter de le régénérer.



Foot - YVES TAILDEMAN

J'ai aimé...

1. L'adieu de Zetterberg

Peut-on rêver d'un plus bel adieu au monde du football que celui de Pär Zetterberg ? Avec un titre, une ovation du public et une efficacité dont beaucoup de joueurs du noyau actuel ne peuvent que rêver...

2. Les rétros de Ronaldinho/Tchite

Il s'était montré fort discret au Mondial, mais Ronaldinho reprend petit à petit du poil de la bête, à Barcelone. Pour preuve : son superbe rétro contre Villareal en novembre, copié par Mémé Tchite la semaine d'après.

3. 14.600 personnes... en D2

Le football est quasiment invivable pour plusieurs clubs de D2. Eh bien, l'Antwerp a prouvé le contraire. Contre Dender, 14.600 personnes avaient pris le chemin du Bosuil !

J'ai pas aimé...

1.Belgique - Pologne : 0-1

Notre dernier rêve s'est envolé, ce soir-là. Même Van Buyten, notre porte-drapeau, avait flanché. Sauf miracle, la Belgique loupera aussi l'Euro. Pourtant, le maître tacticien Vandereycken était l'homme qui devait sauver nos Diables...

2. Les blessures de Kompany

2006 devait devenir l'année de Vincent Kompany. Hélas !, des blessures en ont décidé autrement. On ne saura qu'en 2007 s'il peut devenir une des stars de la Bundesliga.

3. Aruna sur le banc ivoirien

On avait De Bleeckere au Mondial, mais aussi un peu Aruna. Quel dommage qu'il n'ait pu jouer (et briller !) que dans le dernier match de la Côte d'Ivoire, face à la Serbie !



Omnisports - PHILIPPE LACOURT

J'ai aimé...

1. Justine Henin

Se hisser dans les finales des quatre levées du Grand Chelem constitue un exploit dont trop peu de Belges ont véritablement conscience. La force de l'habitude ne doit pas banaliser la force de ses exploits !

2. Roger Federer

Le voir jouer, et donc forcément gagner, est un spectacle qui frise à chaque fois la perfection. Tout joueur de tennis digne de ce nom a l'obligation de se montrer admiratif face à un talent si pur qui se déguste comme une friandise.

3. Tiger Woods

Quand on sait combien, en golf, il faut être fort mentalement pour bien jouer ne fût-ce que quatre jours, lui y parvient pendant douze mois...

J'ai pas aimé...

1. Les départs à la retraite

Agassi, Schumacher et Zidane qui s'en vont en même temps : nous voilà orphelins de stars charismatiques qu'il sera difficile de remplacer. Pourquoi n'ont-ils pas continué au moins un an de plus ?

2. L'Union belge de football

Un corrupteur dénoncé et des corrompus démasqués : que fallait-il de plus à l'Union belge pour prendre les sanctions qui s'imposent? Un an après, hélas, on en est encore à la case départ. Allez faire comprendre cela aux enfants... naïfs ?

3. Justine Henin

Une championne de sa trempe n'a pas le droit de se moquer, par bouderie, des récompenses accordées à son talent. Juju, soit plus naturel !



Omnisports - CHRISTIAN HUBERT

J'ai aimé...

1. Christophe Soumillon

Nous avons - de loin - le meilleur jockey du monde et nous ne le savons pas. Pourtant, celui que les Américains appellent le french jockey est bel et bien belge à 100 %. Il a remporté plus de mille courses, dont toutes les plus prestigieuses.

2. Zulte -Waregem

Seul club belge qualifié en Europe, preuve que la modestie financière n'est pas une fatalité et que la hiérarchie du football n'est pas régie par le seul compte en banque des clubs.

3. Tia Hellebaut

Pour sa médaille d'or, bien sûr, mais aussi pour avoir fait, avec le sourire, l'aller-retour Pretoria-Ostende, là où d'autres trouvent trop fatigant de venir de Durbuy ou de Han.

J'ai pas aimé...

1. Le dopage sélectif

Sûr que le cyclisme est gangréné par le dopage, mais pourquoi s'acharner presque exclusivement sur le vélo alors que chacun sait que ce fléau touche toutes les disciplines? L'affaire Fuentes l'a confirmé, il y a certains sportifs et certains sports auxquels on ne touche pas !

2. Le coup de boule

Désolant de constater que l'événement majeur du Mondial fut un fait de violence, mais plus désolant encore fut le revirement de la presse française qui, en 24 heures, passa de la condamnation à l'absolution.

3. Le foot du blanchiment

Heureux de voir que les Kazakhs s'intéressent davantage que les Belges à la survie de Mouscron.



Tennis - SERGE FAYAT

J'ai aimé...

1. Andre Agassi

Les larmes versées par le flamboyant champion américain à l'US Open après le dernier match de sa carrière ont représenté le moment le plus émouvant de la saison.

2. Amélie Mauresmo

Elle qu'on disait si fragile a gagné ses deux premières levées du Grand Chelem. Après une joie tronquée par l'abandon de Justine Henin à l'Australian Open, elle a connu le grand bonheur en remportant Wimbledon au terme d'une finale somptueuse.

3. Rafael Nadal

Si Roger Federer fut une fois de plus étincelant, c'est peut-être au jeune vainqueur de Roland Garros, qui infligea au Suisse quatre de ses cinq défaites, que le tennis masculin doit d'avoir retrouvé tout son attrait.

J'ai pas aimé...

1. Le coaching à la WTA

La dernière trouvaille pour pouponner les joueuses. Le tennis, après tout, est un sport individuel et, comme le dit Kim Clijsters,

2. Christophe Rochus

S'incliner 6-0, 6-0 en 35 minutes contre Nikolay Davydenko au deuxième tour à Bercy pour toucher quand même 12.500 € a quelque chose d'indécent. Mais bon, ce n'est pas lui le principal fautif.

3. Maria Sharapova

Diva devant les caméras, la poupée russe a eu besoin de son papa Yuri pour lui rappeler depuis les tribunes, lors de son triomphe à l'US Open, quand prendre ses boissons isotoniques ainsi que s'alimenter avec des bananes. Un peu ridicule...



Tennis - MIGUEL TASSO

J'ai aimé...

1. Martina Hingis

Certes, elle n'a pas retrouvé la plus haute marche du podium. Mais Martina Hingis a, néanmoins, terminé l'année à la septième place mondiale en gagnant deux tournois. Pas mal pour une ancienne retraitée.

2. Lindsay Davenport

Elle n'avait ni le glamour de Sharapova, ni le toucher de balle de Henin. Mais Lindsay Davenport était un exemple de persévérance, de discrétion et de fair-play. Elle a pris sa retraite avec un palmarès inversement proportionnel à sa notoriété.

3. Steven Martens et Carl Maes

Les entraîneurs belges appelés au chevet du sport britannique sont rares. Le défi proposé par la Fédération anglaise à Steven Martens et Carl Maes n'en est que plus intéressant.

J'ai pas aimé...

1. Les forfaits

Pourquoi est-il si difficile de convaincre nos meilleurs représentants de défendre les couleurs des équipes de Coupe Davis et de Fed Cup ? Entre rivalités intestines, problèmes d'ego, divergences financières ou pépins de santé, il y a toujours une raison pour déclarer forfait !

2. Les soeurs Williams

Mais où sont-elles et que font-elles, les soeurs Williams ? On les voit dans les défilés de mode à New York et dans les soirées people à Hollywood. Plus de trace, en revanche, sur les courts de tennis ! Dommage...

3. Les calendriers ATP et WTA

Joueurs et joueuses s'en plaignent à juste raison. Les calendriers ATP et WTA sont démentiels. Faut-il s'étonner que les blessures se multiplient ?



© La Dernière Heure 2006