Autres sports L’Anversois a signé le sixième chrono des demi-finalistes du 200 m.

Du bon et du moins bon, tel est le bilan de cette journée de samedi, en natation, dans le clan belge. Du bon, d’abord, avec la qualification pour la finale du 200 m papillon de Louis Croenen. L’Anversois a pris la quatrième place de la première demi-finale en 1.56.48, soit le sixième chrono de l’ensemble des demi-finalistes. Les deux vainqueurs de chaque demi et les quatre meilleurs temps sont qualifiés pour la finale.

Le Hongrois Tamas Kenderesi, vainqueur de la première demi-finale, a été le plus rapide en 1.55.16, devant son compatriote Kristof Milak (1.55.38) et le Danois Viktor Bromer (1.55.73). Louis Croenen, recordman de Belgique en 1.55.39, avait signé le huitième chrono des séries en 1.57.11, le matin. "Ce n’est pas mauvais. J’aurais peut-être espéré un meilleur chrono que 1.56.48, pour être honnête, mais quand je vois les temps intermédiaires, je pense que j’ai nagé une des meilleures courses de ma carrière."

Louis Croenen était radieux après avoir signé le sixième chrono qui lui ouvrait les portes de la finale de ces Championnats d’Europe. Il est, du reste, le premier nageur belge à s’offrir une finale. "Au niveau de la répartition des efforts, de la tactique. J’ai nagé en 26.1, puis, 30.1, 30.0 et 30.1…" a expliqué le Campinois de Lichtaart. "L’idée était de nager un peu plus vite que le matin et essayer de passer sous les 1.56. Ce sera peut-être pour ce dimanche. Nager de manière aussi constante prouve qu’on est en forme. Sans stress en finale, tout est possible. Je peux être premier ou huitième. Pour le podium, il faudra être dans les 1.55, je crois."

En 2017, Croenen avait terminé 17e au Mondial de Budapest, lui qui avait terminé huitième de la finale olympique, en 2016, à Rio.

Moins heureuse, Fanny Lecluyse n’est pas parvenue à se qualifier pour la finale du 100 m brasse. Elle a terminé sixième de la première demi-finale, en 1.07.85, remportée en 1.06.89 par la Britannique Siobhan-Marie O’Connor. L’ondine des Dauphins Mouscronnois, qui avait nagé 1.08.17 en séries, a signé le dixième chrono des demi-finales. Les huit plus rapides des demi-finalistes sont qualifiées pour la finale.


La Russe Yulia Efimova a été la plus rapide des demi-finales, en 1.05.77 alors que le huitième chrono a été réalisé, en 1.07.61, par l’Italienne Martina Carraro. "Je savais que je devrais nager en 1.07.5 pour atteindre la finale…" a déclaré Fanny Lecluyse. "Et je n’ai pas réussi une arrivée parfaite. J’étais un peu loin, mais si j’avais fait un mouvement supplémentaire, j’aurais sans doute été encore plus lente. Nager 1.07 est de bon augure pour le 200 m qui est ma meilleure distance. J’espère que ma dernière préparation sera suffisante pour y être performante…", a-t-elle conclu toujours un peu dans le doute concernant ses capacités.