Autres sports

Le coureur hennuyer se classe 5e du Championnat de Belgique, remporté par Claeys

LA ROCHE Sur les deux championnats de Belgique organisés ce week-end sur le dur circuit de La Roche, les coureurs francophones ne sont pas parvenus à se hisser sur une marche des podiums réservés aux élites sans contrat, samedi, et aux espoirs, hier. Sur un tracé usant et très pentu, avec trois côtes, dont une de trois bornes, les Wallons sont passés à la fenêtre. Sauf Nicolas Baiolet, Gilles Devillers et Fabio Polazzi, qui ont grandement animé la course des sans contrat, samedi, avant de coincer dans le final, laissant le titre au... cyclo-crossman Davy Commeyne, devant deux autres Flandriens; Calleuw et Van Goidsenhoven. Et hier, chez les espoirs, un seul coureur wallon s'est montré : Thomas Degand. Même si Philippe Pratte a bien limité la casse dans un groupe de contre-attaque, tandis que les rescapés du peloton se nomment Jonathan Bertrand, Romain Zingle et Edwig Cammaerts. Attendu au tournant depuis sa 4e place à la Flèche Ardennaise, Thomas Degand a même rêvé du maillot tricolore, puisqu'il était seul en tête pour le dernier tour, après s'être défait du marquage de la bonne échappée du jour, composée de la plupart des favoris, avec Bakelants, Hermans, Claeys, Baugnies ou Vanmarcke. "J'ai tenté ma chance parce que je sentais qu'il y avait une grosse rivalité entre Bakelants et Hermans" , raconte le coureur de la continentale Groupegobert.com. "Comme j'étais le seul Wallon, j'espérais donc qu'ils se regardent." Mais ce bon groupe de six coureurs comprenait trois membres des Jong Vlaanderen, avec Claeys, Baugnies et Van Marcke, qui ont roulé pour revenir derrière Degand, finalement 5e, et favoriser le succès d'un des leurs. "Quand on est en tête d'une telle course, on pense forcément à la victoire" , poursuit celui qui espère récupérer bientôt son contrat Rosetta. "Mais je ne suis pas déçu. Je suis content de ma course. Je suis parti à la moitié de l'épreuve, pour anticiper les attaques des meilleurs. Et quand ils sont rentrés, j'ai attaqué à deux reprises, car au sprint, face à ces coureurs, j'aurais été battu." À 22 ans, Thomas Degand peut croire en son avenir, lui qui a été retardé par deux opérations du genou. À cause de la dernière, il n'avait pu débuter sa saison qu'en avril.



© La Dernière Heure 2008