Omnisports

La justice louvaniste a de sérieux doutes sur la "propreté" de ces dix-neuf professionnels.

Après deux ans et demi d'enquête, la justice louvaniste veut faire comparaître devant un tribunal un médecin du sport soupçonné d'avoir procédé à des pratiques de dopage dans son cabinet de Roulers. Il est ainsi reproché à l'homme d'avoir effectué des transfusions sanguines avec de l'ozone et d'avoir incité activement des sportifs à se doper, révèlent vendredi Het Nieuwsblad et De Standaard. De nombreux sportifs professionnels sont mis en cause dans cette affaire, dont au moins dix-neuf -pour la plupart des cyclistes et des cyclo-crosseurs plus ou moins connus- risquent une suspension.

Pour la justice, toute manipulation du sang avec de l'ozone est interdite. "Nous estimons qu'ils se sont rendus coupables de pratiques dopantes", laisse-t-on entendre au parquet louvaniste.

Les dossiers vont maintenant être transmis aux instances compétentes en matière de dopage, qui devront décider si les sportifs concernés seront suspendus ou non.