Autres sports Après Ekaterini Thanou, c'est Muriel Hurtis qui prive Kim Gevaert du titre européen

MUNICH L'argent derrière la Grecque Ekaterini Thanou sur 100m, mercredi, et derrière la Française Muriel Hurtis sur 200, ce vendredi, qui aurait osé y croire? C'est un véritable exploit qu'a signé Kim Gevaert à l'occasion de ces Championnats d'Europe. Un exploit digne d'une certaine Irina Privalova, surnommée la Tsarine, la seule au cours de ces dix dernières années à avoir doublé 100 et 200m avec succès. Qu'à cela ne tienne, notre compatriote était ravie à l'issue de cette finale du 200 qui l'a vue, jusqu'au bout, contrarier les desseins de Muriel Hurtis, candidate déclarée à la médaille d'or. Qui aurait osé croire que Kim parvienne ainsi, après cinq courses déjà, à rivaliser avec la Française?

`J'ai pris un excellent départ! sourit-elle. Malgré le couloir 3, mon virage m'a permis d'entrer dans la ligne droite auprès de Muriel. Puis, je me suis étonnée moi-même parce que je la sentais à mes côtés. Je me suis, alors, dit: Ce n'est pas possible. Je peux peut-être la battre! Et plus j'avançais, plus j'y croyais... C'était fou! Je ne m'attendais pas à être ainsi dans le coup. En demi-finales, j'avais effectivement ressenti une certaine lassitude. Quand bien même, j'avais réussi à signer un encourageant 22.73. Si, maintenant, je suis capable d'aligner des chronos aux alentours de 22.70-22.80, je pense que je peux côtoyer le gratin mondial sur la distance qui, pourtant, n'est pas ma préférée.´

Kim ne croyait pas si bien dire puisque, motivée par la présence de Muriel Hurtis, elle a pulvérisé son record de Belgique, couvrant le 200 en 22.53. Et dire qu'il y a un an à peine, elle descendait pour la première fois sous les 23.00 avec un chrono de 22.94, en septembre 2001, à Pékin. `Sans l'avouer, je suis rentrée du Mondial d'Edmonton terriblement déçue. Pékin est donc tombé au bon moment. J'avais encore faim de courses! Et puis, le fait de descendre sous la barrière des 23.00 fut une libération psychologique. Me voilà aujourd'hui à 22.53. Je n'en crois pas mes yeux! Je regrette que mes parents ne soient pas ici, d'autant que mon frère Marlon, qui était là mercredi, est rentré. J'aurais voulu partager ma joie avec eux. Ce sera pour plus tard. J'ai hâte d'y être!´

En attendant, il reste à Kim un dernier devoir ou plutôt un dernier plaisir, celui d'emmener le relais 4x100m national dont les séries sont prévues ce samedi. Et si Callaerts, De Caluwe, Ouedraogo et Gevaert atteignaient la finale? `Je l'espère sincèrement, mais avec toute cette effervescence autour de moi, j'ai du mal à trouver le sommeil! Quoi qu'il en soit, je donnerai le meilleur de moi-même avec mes copines. Elles le méritent bien!´

Ah oui! Côté masculin, la victoire est revenue, comme prévu, au Grec Konstantinos Kenteris qui a survolé la finale en 19.85. Sur le podium, il n'avait pourtant pas la cote...

L'équipe féminine du 4x100m aussi à la fête

Le relais féminin belge du 4X100 m s'est qualifié pour la finale des championnats d'Europe d'athlétisme, ce samedi après-midi à Munich. Le quatuor composé de Kathleen De Caluwé, Nancy Callaerts, Elodie Ouedraogo et Kim Gevaert s'est classé 3e de la 2e demi-finale, derrière la France et l'Ukraine, dans le temps de 43.57 secondes, grâce à un formidable dernier relais de Kim Gevaert. Elles ont ainsi établi un nouveau record de Belgique améliorant de 42/100e de seconde le précédent (43.99) que les quatre jeunes femmes avaient établi le 13 juillet 2001 à Oordegem. La Belgique a signé le 4e temps des demi-finales derrière l'Allemagne (43.05), la France (43.52) et l'Ukraine (43.55).

Joeri Jansen est éliminé

Il ne disputera pas la finale du 800 mètres messieurs.
L'athlète de l'AC Duffel s'est en effet classé 4e de la première série en 1:48.62, derrière le champion olympique allemand Nils Schumann (1:48.01), le Néerlandais Arnoud Okken (1:48.22) et le Polonais Pawel Czapiewski (1:48.37).

© Les Sports 2002