Autres sports

David Goffin est le meilleur joueur de tennis de l'histoire de notre pays. Ses performances, en particulier en fin de saison, lui ont valu d'obtenir à 27 ans le titre de Sportif belge de l'année.

Le Liégeois a remporté la 51e édition du référendum annuel organisé par l'association des journalistes professionnels belges (Sportpress.be), samedi soir à Bruxelles. Il a très largement devancé l'autre favori, qui avait obtenu le titre en 2016, le coureur cycliste Greg Van Avermaet (1349 points contre 848, 205 premières places contre 60). Le joueur de football Kevin De Bruyne, élu en 2015, a complété le podium grâce aux 338 points récoltés.

David Goffin avait déjà figuré sur le podium individuel à deux reprises: 2e en 2014 derrière le joueur de football Thibaut Courtois et 3e l'an dernier derrière Greg Van Avermaet et le nageur Pieter Timmers. Il a connu une première consécration en 2015 en tant que membre de l'Equipe de l'année 2015 avec ses équipiers de Coupe Davis (Steve Darcis, Ruben Bemelmans, Kimmer Coppejans et Niels Desein).

Son succès, il le doit sans aucun doute à une fin de saison exceptionnelle. Il a remporté coup sur coup les tournois de ATP de Shenzhen et Tokyo, début octobre. Qualifié pour son premier Masters, David Goffin y dispute d'emblée la finale en s'offrant au passage les N.1 et 2 mondiaux, les légendes Rafael Nadal, dans son 1er match de poule, et Roger Federer, en demi-finale, autant d'exploits inédits. Dans la foulée, il illumine la finale de la Coupe Davis face à la France. Ses deux succès à Lille ne suffisent pas à offrir le Saladier d'Argent à la Belgique.

Goffin, désormais 7e joueur mondial, a séduit le jury du Trophée National de Mérite Sportif dont il est le lauréat 2017.

Aucun joueur de tennis n'avait remporté le titre de Sportif de l'année lors des 50 premières éditions, à l'inverse des joueuses (Sabine Appelmans, Dominique Monami, Kim Clijsters, Justine Henin, Kirsten Flipkens) qui ont été choisies lors de 16 des 42 éditions et ont enlevé 14 des 16 titres attribués entre 1998 et 2013.

"Toutes les victoires sont plus belles les unes que les autres", a reconnu celui qui fut finaliste du Masters et de la Coupe Davis. "Mais battre Federer pour la première fois (en demi-finales du Masters) est la plus belle. C'était mon idole de jeunesse. Cela restera toujours spécial", avoue le N.7 mondial.

"Je suis très content d'avoir eu ce prix cette année après être monté sur le podium à deux reprises (2e en 2014 derrière Thibaut Courtois et 3e en 2016 derrière Greg Van Avermaet et Pieter Timmers, médaillés d'or et d'argent à Rio, ndlr). Etre le premier joueur de tennis récompensé me fait aussi quelque chose. C'est une très belle récompense. J'en suis très fier. Etre devant Greg Van Avermaet et Kevin De Bruyne, je n'en ai pas vraiment l'habitude. On le méritait tous ce prix."

Sportive de l'année : Nafi Thiam
© Belga

Nafissatou Thiam a été élue Sportive belge de l'année 2017. La première championne du monde belge d'athlétisme a remporté la 43e édition du référendum annuel organisé par l'association professionnelle belge des journalistes sportifs (Sportpress.be), samedi soir à Bruxelles. La Namuroise de 23 ans enlève le troisième titre de sa carrière, en quatre ans, après ceux de 2014 et 2016.

Elle avait décroché le titre l'an dernier en obtenant 1300 points, 547 de plus que Jolien D'hoore, 2e. Elle avait été citée à la 1e place par 253 votants. En 2017, Thiam réalise un nouveau record avec 1391 points. Là encore, Thiam a réuni 253 premières places. Elle devance de 554 points la gymnaste Nina Derwael (837). La basketteuse Emma Meesseman se classe 3e (385).

Grâce à ce troisième titre, Thiam rejoint au palmarès la nageuse Carine Verbauwen, première lauréate de l'histoire, consacrée en 1975, 1978 et 1979. Seules la judoka Ingrid Berghmans (8 titres entre 1980 et 1989), et les joueuses de tennis Kim Clijsters (8 titres entre 1999 et 2011) et Justine Henin (4 titres en 2003, 2004, 2006, 2007) ont fait mieux qu'elle.

L'étudiante en géographie de l'université de Liège offre un 6e titre à l'athlétisme féminin après ceux d'Anne-Marie Pira (1976, 1977) et Tia Hellebaut (2008). Peter Genyn

Thiam est devenue la première athlète belge (masculin ou féminin) sacrée championne du monde, à moins de 23 ans, le 6 août dernier à Londres. A ce titre prestigieux, elle a ajouté celui de championne d'Europe en salle de pentathlon le 3 mars à Belgrade. Comme si être l'athlète la plus complète de sa génération n'était pas suffisant, "Nafi" est devenue la 3e meilleure performeuse de l'histoire en obtenant le total de 7.013 points les 27 et 28 mai à Götzis. La barrière des 7.000 points n'a été atteinte désormais que par quatre heptathloniennes. Seules l'Américaine Jackie Joyner-Kersee (7.291 en 1988) et la Suédoise Carolina Klüft (7.032 en 2007) ont été meilleures qu'elle. Le monde de l'athlétisme ne s'y est pas trompé. Nafissatou Thiam a été élue Athlète mondiale de l'année par l'IAAF.

Elle avait été élue meilleure athlète mondiale Espoir en 2016 et Espoir belge en 2013. Lauréate du Trophée National du Mérite Sportif l'an dernier, l'étudiante en géographie a aussi obtenu pour la 5e année consécutive le Spike d'Or, récompensant la meilleure athlète belge.

Equipe de l'année : l'équipe de Coupe Davis
© Belga

Comme en 2015, le team de Coupe Davis de tennis a été choisi comme meilleure équipe belge de l'année 2017, samedi soir lors du Gala du Sport à Bruxelles.

A l'issue du référendum annuel organisé par l'association professionnelle belge des journalistes sportifs (Sportpress.be), elle a été préférée à l'équipe nationale de basket féminin (Belgian Cats) et à celle de hockey masculin (Red Lions). Elle a recueilli 566 points contre 437 aux basketteuses, 3e de l'Euro et qualifiée pour le Mondial, et 272 aux hockeyeurs, vice-champions d'Europe et 3e au classement mondial. Elle succède au palmarès justement aux Red Lions qui avaient ramené l'argent des Jeux Olympiques de Rio.

La formation du capitaine Johan Van Herck a disputé sa 2e finale de la Coupe Davis en trois ans. David Goffin, Steve Darcis, Ruben Bemelmans, Joris De Loore et Arthur De Greef ont éliminé successivement l'Allemagne (sans Goffin) 1-4 au 1er tour à Francfort en février, l'Italie 3-2 en quart à Charleroi en avril et l'Australie 3-2 en demie à Bruxelles en septembre. Ils n'ont été battus qu'en finale 3-2 par la France à Lille.

Son leader, David Goffin, 7e joueur mondial en fin de saison, est un des deux favoris pour le titre de Sportif de l'Année.

Coach de l'Année : Roger Lespagnard
© Belga

Le Coach de l'année 2017 en Belgique, titre attribué pour la 7e année, est revenu comme il y a douze mois à Roger Lespagnard.

L'entraîneur d'athlétisme s'occupe depuis dix ans de Nafissatou Thiam, grande favorite à la reconduction de son titre de Sportive belge de l'année. Le Liégeois de 71 ans a remporté la 7e édition du référendum annuel organisé par l'association professionnelle belge des journalistes sportifs (Sportpress.be), samedi soir à Bruxelles. Il a devancé avec 472 points l'entraîneur de football Hugo Broos (367). Celui-ci a remporté à la tête du Cameroun la Coupe d'Afrique des Nations. Il est ainsi devenu le premier coach belge de foot à remporter un titre avec une équipe nationale.

La 3e place est revenue à Johan Van Herck, le capitaine de l'équipe finaliste de la Coupe Davis de tennis. Il a recueilli 339 points autour de son nom. Van Herck avait terminé 2e dans ce référendum en 2015 l'année de la première finale de Coupe Davis disputée par ses hommes.

Roger Lespagnard a mené sa plus célèbre élève, Nafissatou Thiam, au titre de championne du monde de l'heptathlon le 6 août à Londres. Son titre olympique douze mois plus tôt à Rio, avait déjà valu à celui qui est aussi bourgmestre de Fléron depuis 2010 ce titre de meilleur entraîneur de l'année dans notre pays.

Avant de devenir entraîneur, Roger Lespagnard a été lui même athlète de haut niveau. Olympien à trois reprises (Mexico 1968, Munich 1972 et Montréal 1976), il a aussi travaillé pour la fédération belge d'athlétisme dont il a dirigé la délégation à Los Angeles en 1984 et à Séoul en 1988.

Ce régent en éducation physique a aussi exercé comme préparateur physique du club de football du Standard, a touché à la politique également, devenant bourgmestre de Fléron en 2010.

Roger Lespagnard signe le 3e doublé dans cette catégorie après ceux de Jacques Borlée en 2011 et 2012, et de Marc Wilmots en 2013 et 2014. Seuls des techniciens de l'athlétisme et du football ont été consacrés jusqu'à présent.

Espoir de l'Année : Lotte Kopecky
© Belga

La coureuse cycliste Lotte Kopecky a remporté le 20e titre d'Espoir sportif de l'Année à l'issue du référendum annuel organisé par l'association des journalistes professionnels belges (Sportpress.be), samedi soir à Bruxelles. Né à Rumst (Anvers) il y a 22 ans, elle a devancé de peu le judoka Matthias Casse, champion du monde juniors (-81 kg). Elle a reçu 210 points contre 177 à Casse. Celui-ci a pourtant recueilli plus de première place (42 contre 41). Le golfeur Thomas Detry complète le podium avec 138 points.

Sacrée championne du monde de cyclisme sur piste dans l'épreuve par équipes (Madison), en compagnie de Jolien D'hoore (la médaillée de bronze des JO de Rio en Omnium), Lotte Kopecky, a aussi remporté deux épreuves de Coupe du monde (points et Madison) à Pruszkow. Elle occupe le premier rang mondial (UCI) en Omnium et le 2e dans la course aux points après avoir terminé la Coupe du monde à ces mêmes places. Elle a, en outre, endossé le maillot tricolore en Omnium, dans la course aux points et en scratch.

Kopecky s'est aussi illustrée sur la route. Elle s'est emparée des titres nationaux espoirs (U23) tant dans l'épreuve en ligne qu'en contre-la-montre et pris la 2e place de la course en ligne chez les élites derrière Jolien D'hoore. Elle s'est aussi classée 5e du Tour des Flandres et 6e d'A Travers la Flandre.

Kopecky succède au palmarès à l'athlète Louise Carton. Elle est la première coureuse cycliste à être élue Espoir de l'année. Six cyclistes masculins avaient eu cet honneur lors des dix-neuf premières éditions.

Sportif paralympique de l'Année : Peter Genyn
© Belga

L'athlète Peter Genyn a été élu sportif paralympique de l'année 2017. Il a remporté la 8e édition du référendum annuel organisé par l'association professionnelle belge des journalistes sportifs (Sportpress.be), samedi soir à Bruxelles. Il trouve enfin la consécration après ses 2e et 3e places respectivement en 2015 et 2016. Il a devancé de très peu son prédécesseur au titre de Paralympique de l'Année, le pongiste Laurens Devos. A peine 29 points ont séparé les deux champions (421 contre 392). Le joueur de tennis en fauteuil Joachim Gérard a terminé troisième (270).

Originaire de Kalmthout, Peter Genyn, 41 ans, a remporté en fauteuil roulant les titres mondiaux sur 100m et le 400m à Londres en juillet dernier. Il a ainsi confirmé ses titres olympiques de Rio.

Genyn souffre de tétraplégie depuis un accident survenu en 1993, un saut dans une eau trop peu profonde. Il a d'abord pratiqué le rugby en fauteuil roulant, devenant champion d'Europe en 2009, 6e des jeux d'Athènes en 2004 et 7e à Londres en 2012.

Son passage forcé à l'athlétisme, après une fracture de la jambe fin 2012, fut tout autant couronné de succès. En 2016, il fut double champion d'Europe et détenteur du record du monde sur 400m, avant d'aller chercher deux médailles d'or paralympiques en classe T51 sur la ligne droite et sur le tour de piste.