Autres sports

"Je comprends tout à fait leur décision." Eddy De Smedt, directeur du haut niveau au Comité Olympique et Interfédéral Belge pour encore quelques mois, est idéalement placé pour donner un avis avisé sur la décision de la fédération belge de gymnastique de retirer l'équipe féminine d'artistique de la finale des championnats d'Europe de Glasgow qui se déroule samedi après-midi.

"C'est une décision qui n'est pas agréable, notamment pour le public, après une excellente performance (3e place des qualifications, ndlr) et une réelle chance de médaille", a confié à l'Agence BELGA celui qui a été le chef de la délégation belge aux Jeux Olympiques de Londres et de Rio et qui est présent en Ecosse.

"Ce qui me convainc, c'est que c'est une décision mûrement réfléchie. Elle a été prise par la fédération de gymnastique en concertation avec son staff médical, ses coachs et ses athlètes. Nous en avons discuté mais la décision leur appartient."

"Elle se justifie dans le souci d'épargner les athlètes en vue des prochaines échéances plus importantes que sont les championnats du monde de Doha (en octobre, ndlr) et avec une vue à long terme sur les Jeux Olympiques de Tokyo. N'oublions pas qu'ici, à Glasgow, le schéma de compétition est beaucoup plus chargé qu'aux Mondiaux et aux Jeux. Alors ajouter une finale par équipes samedi, avec une équipe restreinte à quatre athlètes, aux finales par engin de dimanche qui elles seront disputées, on risquait vraiment la surcharge pour les athlètes."

Eddy De Smedt refuse la comparaison avec ce qui s'était passé avec le relais 4X200 m libre messieurs de natation aux derniers Jeux Olympiques de Rio. D'abord forfait, pour privilégier les finales individuelles, le relais, après une nuit de réflexion, s'était aligné le lendemain en finale.

"Non, non, non. Ce n'est pas comparable. Ici, on ambitionne une qualification pour les Jeux où l'équipe vise le Top 8. Ses performances à Glasgow démontrent qu'elle en a les capacités."

Partisan indéfectible de "l'athlète au centre" de toute la problématique du sport de haut niveau, Eddy De Smedt de conclure: "ce n'est pas un problème unique à la gymnastique. Il y a de plus en plus de compétitions dans les différents sports. La charge des compétitions ne tient plus compte de la santé des athlètes."