Autres sports

Après 21 mois, la Belgique a renoué avec la victoire en match officiel mais il faudra aller confirmer à Thessalonique

La Belgique a fait une très bonne affaire mercredi à Louvain dans le cadre des qualifications pour la coupe du monde. Elle a rempli son contrat en battant la Grèce mais, surtout, elle profite de la victoire de la Turquie sur les Pays-Bas pour se rapprocher de la seule place qualificative.

Fondamentalement, cependant, la donne ne change pas: il faudra aller gagner en Grèce pour conserver les chances de qualification intactes.

Et si l'équipe grecque n'a rien d'un épouvantail, elle était venue avec l'intention de vendre chèrement sa peau. Il a fallu attendre vingt bonnes minutes pour la voir tomber dans la gueule du loup.

C'est quand les 2 minutes ont commencé à s'accumuler et que la fatigue a commencé à se faire sentir, obligeant le coach à faire des rotations, que la belle homogénéité grecque s'est effondrée. La Belgique, au contraire, a alors commencé à varier son jeu et à prendre l'ascendant au marquoir.

Car jusque là, c'était plutôt Damian Kedziora - Grèce: l'ailier de Bocholt avait inscrit nos 5 premiers buts et la Belgique éprouvait des difficultés face à l'agressivité grecque. Il aura fallu que Yerime Sylla passe en 5-1 pour permettre à Qerimi, notamment, d'atteindre un meilleur rendement. L'entrée au jeu de Robyns s'est également avérée déterminante.

Juste après la pause, Lettens, qui ne s'était pas encore mis en évidence jusque là, arrêtait tout et la Belgique prenait rapidement 10 buts d'avance. Elle n'allait plus être rejointe et Sylla pouvait se permettre de faire tourner, accordant notamment ses premières minutes à Cadel.

BELGIQUE: Lettens, Denert, Ooms (1), Th. Bolaers (4), Cauwenberghs, D. Kedziora (10), Qerimi (3), De Beule (3), Robyns (5), Danse (2), N. Bolaers (4), Spooren (2), Devisch, Cadel, Neuville, Vancosen.

GRÈCE: Loizos (1), Boukovinas, Kostakidis (1), Mylonas (2), Mallios (5), Dompris (3), Papadionysiou (4), Arapakopoulos, Kritikos (4), Tziaras (1), Ioannou (3), Kalomoiro (3), Zampounis (1).

Intermédiaires: 4-5; 10-9; 20-16; 25-18; 31-22; 33-28.

Yerime Sylla: "J'ai dû réveiller tout le monde"

La Belgique s'est laissée endormir par la Grèce pendant un quart d'heure.

L'équipe nationale belge de handball a remporté face à la Grèce (33-28) la première des quatre "finales" qu'elle doit jouer pour remporter son groupe de qualification pour la Coupe du monde. Mais si tout le monde était satisfait, dans le clan belge, le coach, Yerime Sylla, n'oublie pas que les 13 premières minutes de la rencontre furent pénibles, surtout d'un point de vue défensif.

"Nous manquions d'agressivité et il a fallu réveiller tout le monde car on se laissait endormir par le faux rythme des Grecs", dit-il. "Il y avait longtemps que nous n'avions plus joué ensemble et les fêtes étaient passées par là, ce n'est jamais évident de reprendre. Comme la défense n'était pas alignée, cela ne facilitait pas la tâche de notre gardien mais on a vu après la mi-temps qu'il était important pour l'équipe également."

Dans ce genre de match, le plus difficile est de faire la différence. Par la suite, la Belgique a déroulé. "Je retiens surtout que nous avons pu rétablir une situation critique et que nous avons pu faire pas mal de rotations. Cauwenberghs, notamment, a pu souffler parce qu'il avait mal au dos."

Des rotations, il y aurait pu y en avoir plus encore si l'arbitrage n'avait pas laissé un peu à désirer sur la fin. "Une fois la différence faite, ils ont sifflé des choses hors contexte, ce qui a privé Neuville et Spooren de plus de temps de jeu."

Au rayon des satisfactions, on retiendra aussi les 8 buts de Damian Kedziora, dont cinq dans les premières minutes du match. "C'était mon devoir d'être concentré", dit-il. "Qu'on joue bien ou mal, l'important était de gagner. Il faudra aller refaire cela en Grèce et l'important est de bien se reposer mais je vais quand même boire une bière avant d'aller dormir."

L'équipe belge partira ce vendredi soir pour Schipol. Elle s'envolera samedi à 6 heures pour Thessalonique, où elle jouera dimanche à 17 heures.