Jeu de Balle

Au niveau collectif, les résultats ont été crescendo : la médaille de Bronze au jeu international, l’Argent au one-wall et enfin l’Or au llargues. Et au niveau individuel ? Tirons le bilan de chacun des sélectionnés.

  1. Tanguy Metayer. Il a éclaboussé de toute sa classe le jeu international et le llargues. Le titre de meilleur jeune de moins de 21 ans est indiscutable. Le digne successeur de Benja Dochier.

  2. Nicolas Nantel. Mis à toutes les sauces, un jeu dangereux malgré les précieux soins apportés par le kiné Guy Degraeve, Nico est allé chercher son titre de meilleur joueur de plus de 21 ans. Il est au top.

  3. Guillaume Dumoulin. Des hauts et des bas en international mais toujours aussi précieux au llargues où il gagne des mètres, brille à l’arrêt et, en un mot, rassure.

  4. Christophe Monnier. Le placide Tof a fait du Tof. Notre livreur de pointe enlève quatre jeux sur six en finale. Il sauve aussi la mise contre le Pays Basque en poule.

  5. Kevin Vandenabeele. Le diesel a mis du temps à chauffer contre la France mais il ne commet ensuite plus la moindre erreur à l’envoi, contre la Hollande et l’Espagne.

  6. Donatien Delbecq. Excellent à l’arrêt au jeu international, Dona donne des sueurs froides en llargues contre les Basques (7 mauvaises) avant de se racheter à 40 à 2 dans le jeu décisif.

  7. David De Vits. S’est mis en évidence à l’arrêt et par son expérience en milieu de devanture au jeu international. Désormais barré en llargues.

  8. Thomas Piérard. Euro écourté pour Thomas par une nouvelle blessure au genou. Forcément des regrets. La paire championne de Belgique pouvait aller au bout en one-wall.

  9. Corentin Wattier. N’a pas laissé passer sa chance en one-wall. Au pied-levé, il a assuré une montée remarquée.

  10. Aurélien Bracke : Peu utilisé, il s’est fort bien intégré au groupe. Un jeune d’avenir.

  11. William Cassart : Malchanceux en devanture au jeu international, il a très bien suppléé Nantel lors des matchs de poule en llargues.




Photo : Le jeune William Cassart a brillé à la grande frappe

Crédit tam.be