Jeu de Balle

Tanguy Metayer a éclaboussé de toute sa classe l’édition 2018 des championnats d’Europe. 

Au jeu international, le garçon a assuré la frappe avec brio. Il n’est pas pour rien dans la médaille de bronze remportée par les Belges. Chacun sait qu’il excelle au rebond, y compris donc sur la pelouse du stade de football de Franeker. Au llargues, il a brillé d’entrée de jeu face à la France. Rappelé à 1-4, en compagnie de Monnier, face au Pays Basque, il assurait le fil la première place du groupe. Tanguy s’en donnait à cœur joie contre les Pays-Bas en demi-finale. Ses tranchants contre-rechas ne laissaient aucune chance aux Bataves. L’apothéose survenait en finale. Dans le premier jeu, il émergeait au rechas à 40 partout. Il sera le seul à visiter les perches, par deux fois, au rectangle. Au contre-rechas, il sortait une frappe stratosphérique. Le prix du meilleur jeune (de moins de 21 ans) ne pouvait lui échapper.

Nicolas Nantel, de son côté, a mérité le titre de « père-courage » de l’équipe nationale. Prévu comme réserviste au jeu international, il était lancé à deux reprises dans la bagarre, pour tenter de sauver les meubles. En plein air, dans le stade du « PC », sous une chaleur accablante (plus de 30°), Nico disputait les cinq rencontres en one-wall, en duo avec le malchanceux Thomas Piérard puis Corentin Wattier. L’argent était au bout de la route. Du coup, le Gant d’Or 2016 terminait la journée littéralement vidé. Préservé le lendemain en éliminatoires du llargues, il effectuait sa rentrée à la grande frappe pour la demi-finale. Très intelligemment, il jouait à chasses face au vent. Obligé de permuter avec Metayer, il terminait le boulot sur les rotules. Son habituelle puissance lui faisait désormais défaut. Pour l’ensemble de son œuvre, il recevait, en partage avec un joueur batave, le titre du meilleur joueur de plus de 21 ans. Les Belges se retrouvent sur le toit l’Europe.