Jeu de Balle

Comme en 2017, Kerksken échoue en finale du tournoi Maurice de Sirault face à Thieulain, ce qui ne fait pas les affaires de Samuel Brassart qui attend toujours la dixième victoire en terre saint-ghislainoise de sa carrière. Pour 2019?

«Je suis évidemment très heureux du verdict final», avoue le capitaine de Thieulain, Guillaume Dumoulin. «Nous avons eu un moment de doute quand Kerksken est revenu de 3-5 à 5-5. A ce moment-là, la finale aurait pu basculer en notre défaveur, mais il était écrit que la victoire serait nôtre aujourd’hui. Les Alostois ont commis plus d’erreurs que nous au tamis. Une victoire d’équipe, à mettre sur le compte d’un collectif fort soudé.»

En face, Nicolas Nantel ne pouvait que constater les dégâts: «J’ai été évité au maximum. Le tamis a fait le reste.» Son équipier Samuel Brassart regrette de ne pas avoir épinglé une dixième fois le tournoi à son palmarès. «Ce serait bien tombé pour moi, vingt-cinq ans après ma première finale, perdue contre Bassilly avec Crupet. C’était en 1993. Nous avions été battus mais j’avais reçu la «Balle d’Argent». Allez, ce n’est que partie remise.» En attendant, Tanguy Metayer a reçu ladite «Balle» pour la deuxième année consécutive.

Du côté des équipes battues en demi-finale, Cédric Bosse (Galmaarden) ne faisait pas la fine bouche: «Nous nous sommes bien défendus à la frappe. Malheureusement, notre devanture était dans un mauvais jour.» Même discours dans le chef de l'Ogycien Jimmy Birlouet: «Le tamis sifflé à Ghislain a constitué le tournant de la partie. Dans l’ensemble, nous n’avons pas à rougir de notre prestation. Notre démarrage a été excellent. Malheureusement, Arnaud Dubart n’était pas dans un grand jour à la frappe. Un grand merci, en tout cas, à nos nombreux supporters pour leur soutien tout au long de la saison. J’espère que nous ferons bonne figure au Huit de Septembre et à la Supercoupe.»