Jeu de Balle

Ce week-end, Isières a maté deux concurrents directs dans la course à la qualification pour le "Huit de Septembre", Sirault et Ogy. À l'image de Dimitri Dupont, les Athois semblent sur le retour du devant de la scène, alors que les Lessinois d'Arnaud Dubart ont du mal à digérer la qualification pour la Grand-Place de Bruxelles.

À 15h25, le marquoir indique un franc 0-5. Comme à son habitude, Ogy bouscule son adversaire avec une envie de vaincre à nulle autre pareille. Tout réussit: les frappes, les livrées, les petits coups. Bref, de quoi normalement énerver les Isiérois. Mais jamais Dimitri Dupont et les siens n'ont montré le moindre signe d'irritation. Ils ont choisi de permuter Jonas Scarcez et Andy Couteau et tout a changé. "C'est vrai que, personnellement, je n'avais pas une bonne portée de balle", témoigne Jonas Scarcez. Andy ne se sentait pas aussi bien que la veille à Sirault et Claude (Leleux) avait proposé ce changement pour perturber Ogy aussi. À 0-5, nous nous sommes dit que nous devions faire comme si c'était encore 0-0. Que nous débutions un nouveau match."

 En tapant outre sa première balle, Jonas Scarcez déflorait la marque pour ses couleurs et c'était le début de la "remontada". Une "remontada" qui ne faisait pas de doute tant les Lessinois apparurent sans ressource pour la freiner. "Nous avons joué en équipe. Cela a bien marché. Le 3e point? On l'espère toujours à chaque lutte, mais avec notre catastrophique début de lutte, reconnaissons que cela aurait été un petit hold-up. Nous visions la victoire et l'avons obtenue. Que demander de plus?"

On sent dans les rangs isiérois une nouvelle confiance. Peut-on s'attendre à voir les gars de la Fraternelle signer une seconde moitié de phase classique bien meilleure que la première? "C'est l'espoir de tout le monde, évidemment. Nous ne cachons pas que nous essaierons d'atteindre cette 4e place et le "Huit de Septembre" en toile de fond. Dimitri (Dupont) retrouve son coup de gant de l'année dernière, Andy (Couteau) nous dépanne bien au poste de foncier alors que Michaël (Frébutte) est intouchable à corde depuis un moment, tandis que Damien (Famelart), à corde, peut se concentrer sur sa livrée. Nous sommes de retour." (rires)

En face, on avait tendance à rire jaune. Monté au jeu à la reprise pour redonner un nouvel élan aux Ogyciens, Jimmy Birlouet mettait le doigt là où cela fait mal. "A 0-5, ils ont fait un changement bénéfique pour eux. Jonas a frappé du fond et Andy est devenu dangereux au petit-milieu. De notre côté, nous avons été incapables de réagir à leur retour. Le problème, c'est que nous restons sur nos acquis. Il ne faut pas oublier que nous visons le "Huit de Septembre" et pas la Grand-Place de Bruxelles. Dès lors, nous nous battons pour conserver cette 4e place, mais il faut bien admettre qu'il y a un petit relâchement. Nous manquons actuellement de dash dans l'adversité. On ne sait plus se faire violence comme au premier tour. À nous de nous remettre en question pour atteindre notre objectif. Le scénario de nos défaites fait mal, avec cette avance que nous ne parvenons pas à concrétiser. Il va falloir un peu réfléchir à tout ça..."