Jeu de Balle

Le monde ballant international est en deuil: ce lundi, le site de la fédération de Valence annonçait le décès inopiné d'Álvaro López Cremades, membre de l'équipe nationale d'Espagne depuis 2007, des suites d'un infarctus, semble-t-il, alors qu'il venait de tout juste fêter ses 43 ans le 30 avril. 

Au gré des derniers rendez-vous internationaux, nous avions appris à connaître ce professeur d'éducation physique. Sa gentillesse et son côté poli et sa personnalité affable nous avaient interpellé. Ce n'était donc pas étonnant qu'il était devenu proche de Benjamin Dochier qui, lundi soir, n'en revenait toujours pas de cette nouvelle. «Quand j'ai appris cela, ce fut un réel choc», révélait le chef de file de notre équipe nationale. «Entre mes obligations professionnelles de la journée, j'ai tenté d'en savoir un peu plus sur les circonstances mais cela reste encore flou. 

Apparemment, il aurait succombé à un infarctus. Comme quoi, ces douloureux événements relativisent beaucoup les petits tracas de la vie de tous les jours. Nous avions entamé notre carrière internationale en même temps lors du Championnat d'Europe de Nivelles en 2007. Des liens se sont vite créés dans la mesure où à Nivelles, par le plus grand des hasards, mes parents et grands-parents s'étaient retrouvés assis aux côtés de sa famille. Au gré des rendez-vous qui ont suivi, nous nous sommes retrouvés avec nos familles respectives au point qu'Álvaro avait suggéré que nous passions quelques jours de vacances ensemble lors du prochain rendez-vous international. Compte tenu de la rivalité qui existe entre l'Espagne et la Belgique, c'était un adversaire certes mais que je respectais beaucoup et que j'appréciais aussi car c'était un joueur correct et toujours fair-play. 

C'était un exemple pour tous et ce n'était pas étonnant qu'il était devenu un des piliers de son équipe nationale. Il va énormément me manquer», disait Benjamin Dochier peu de temps avant son départ pour la Finlande pour raisons professionnelles.

Par l'entremise de son président, Thierry Dufour, la Fédération belge a été l'une des premières à envoyer ses condoléances à la Fédération de Valence.