Jeu de Balle

Avec son «cinq» de base présent sur le Houtmarkt, Thieulain a fait honneur à l'invitation de organisateurs alostois en étant le troisième qualifié direct après Kerksken et Grimminge. Les «Canaris» ont aussi eu le privilège de choisir le meilleur perdant de la semaine: Hamme-Zogge ou Wieze? À la grande joie des organisateurs, ils ont décidé de repêcher les Lebbekois...

En lutte d'ouverture, face à un Galmaarden au sein duquel brillait Sauvage par son absence, Wieze a dû être inspiré par Hamme-Zogge la veille pour défendre l'honneur des équipes de l'antichambre de l'élite. Les Lebbekois avaient même du mérite dans la mesure où Meire, présent en spectateur, et Poroli étaient indisponibles, le premier nommé pour une jambe plâtrée et le second pour un bras, meurtri, bandé. Pour les remplacer, les Wiezois étaient allés puiser dans leur équipe de régionale 2 pour faire le nombre, Steven Verleyen et Remko Pieters. Dès les premiers coups, on put s'apercevoir que la mire du trio de frappe wiezois était bien réglée. Steels, Paduart et Carton trouvaient les perches dans le jeu d'ouverture, avant que Steels ne parachève dans le tamis en forçant Bosse à la faute à la frappe. Dans le jeu suivant, Defrijn revint dans le tamis avec une marque favorable de 30-15. Il livra parfaitement pour gonfler cet avantage à 40-15, mais s'emmêla ensuite les pinceaux dans le carré de service à... quatre reprises: 0-2. À partir de là, les Brabançons flamands qui n'affichaient déjà pas un excès de motivation, baissèrent davantage la tête, laissant à Wieze de se contenter de livrer dans le jeu pur accumuler les «quinze». À 0-3, Pieters livra deux «baraques» mais Carton redressa dans le rectangle avant que le jeune Pieters ne place un service imparable pour faire 0-4. Une outre de Paduart et une de Steels firent avancer Wieze à 0-6, avant que Defrijn, bien malheureux à la livrée, ne faute deux fois de plus avant d'embellir l'escarcelle d'outres de Steels: 0-7. En cette période estivale, une petite visite en Espagne ne fait pas de tort...

Pour l'entrée en lice de Thieulain avec son «cinq» de base (Philippe Gossuin n'était pas là...), Galmaarden n'afficha pas un sursaut d'orgueil. Deux «baraques» de Flament et un rechas hors cadre de Bosse à 40 à 2 amenèrent déjà 2-0 en début de lutte. Il fallut le passage de Metayer dans le tamis (3 larges) pour offrir le premier jeu de l'après-midi aux Brabançons, mais deux jeux blancs dont un où Metayer se rachetait en trouvant deux fois le chemin des perches à la frappe, eurent tôt fait de replonger les spectateurs dans leur torpeur (4-1). À 5-1, Pozzebon y allait de trois erreurs à la livrée pour inscrire le 6-1, une outre de Metayer à 40 à 2 ponctuant le 8e et... dernier jeu de cette partie.

En finale du jour, la donne était claire pour les deux équipes: en atteignant le nombre de trois jeux, elles se qualifiaient pour la finale de samedi, eu égard aux trois points déjà pris par chacune d'elles en première lutte alors que Hamme-Zogge en avait grappillé trois au total de sa journée, mardi. Delbecq fautait à deux reprises au service dans le jeu initial (0-1). Une outre de Dumoulin aidait Vandenabeele à égaliser, mais Carton mettait le rectangle leuzois à rude épreuve pour offrir le 2e jeu à Wieze (1-2). Dumoulin haranguait alors ses troupes. Ce qui fonctionna puisque Metayer prenait un jeu blanc pour l'égalisation. Les «Canaris» respectaient alors mieux les lignes à la livrée comme à la frappe et le marquoir d'avancer rapidement à 5-2. Wieze allait-il rester avec ses deux jeux et ainsi ne pas revenir? Dumoulin resta dans son tamis pour répondre à cette interrogation. Outre deux «baraques», il vit Paduart et Steels lui renvoyer au-dessus de la tête deux de ses autres livrées. Wieze était dès lors qualifié en compagnie de Thieulain et grâce à un très bon contre-rechas dudit Dumoulin dans le 9e jeu, à 40 à 2, obligeant Verleyen à la faute, les débats ne durèrent pas Becq parachevant l'ouvrage dans la foulée (7-3) pour permettre aux spectateurs de rentrer chez eux pour aller vivre la seconde demi-finale de la Coupe du Monde de football qui vit la Croatie renverser la situation, dans la prolongation, après un but rapide des Anglais.


LE TECHNIQUE DE L'ACTE 3

LES RÉSULTATS

Galmaarden - Wieze 0-7

Thieulain – Galmaarden 7-1

Thieulain – Wieze 7-3

LES ÉQUIPES

M. Peeters a aligné:

Galmaarden: Defrijn et Pozzebon; Y. Flament, Devos et Bosse.

Wieze: Verleyen et Pieters; Steels, Paduart et Carton.

Thieulain: Vandenabeele et Delbecq; Becq, Metayer et Dumoulin.

LE TECHNIQUE

> Wieze 7 jeux (28 «quinze») bat Galmaarden 0 jeu (13 «quinze», perd 1 jeu de 40). Balles outres. – Au rechas: Steels 3; Carton et Paduart 2; Devos 1. Livrées mauvaises: Defrijn 6; Pieters 2; Bosse et Paduart 1.

> Thieulain 7 jeux (29 «quinze») bat Galmaarden 1 jeu (15 «quinze», perd 2 jeux de 40 et 2 jeux blancs). Balles outres. – Au rechas: Metayer 3; Dumoulin 1. Livrées mauvaises: Metayer et Pozzebon 4; Devos 3; Defrijn, Delbecq, Flament et Vandenabeele 2; Bosse 1.

> Thieulain 7 jeux (33 «quinze») bat Wieze 3 jeux (22 «quinze», perd 1 jeu de 40 et 1 jeu blanc). Balles outres. – Au rechas: Delbecq 2; Becq, Paduart, Pieters et Steels 1. Livrées mauvaises: Delbecq et Dumoulin 3; Paduart et Steels 2; Becq et Metayer 1.

JOURNÉE FINALE CE SAMEDI (15H)

Demi-finales

A. Kerksken – Grimminge

B. Thieulain – Wieze

Finale

Vainqueur A – vainqueur B