Omnisports Joachim Bottieau s’est vu refuser le bronze et les trois autres ont été sortis sur pénalité

Du sang et des larmes, mais aussi du dépit au sein de la délégation belge, ce samedi soir, dans la capitale croate. Dernier sur le tatami, en -81 kg, dont il disputait le combat pour le bronze à l’Américain Hatton, Joachim Bottieau n’a pu décrocher cette médaille qui aurait mis du baume au cœur de nos représentants, tous sortis sur pénalité jusque-là ! "J’aurais dû conclure bien avant mais, quand le combat s’enlise comme ça, surtout en prolongation, la décision se joue à la roulette russe…" constate le Hennuyer de 28 ans. "Ce mouvement pendant le temps réglementaire ou en début de golden score n’aurait jamais débouché sur un waza-ari. Mais, là, nous étions à plus de sept minutes trente et l’arbitre ne voulait pas que ça dure plus longtemps. Il a sauté sur l’occasion pour donner la victoire à l’Américain."

Le mouvement évoqué par Joachim est sujet à discussion comme souvent en judo où l’interprétation de l’un n’est pas toujours celle de l’autre. L’Américain pousse, le Belge tire. Et celui-ci se retrouve sur le dos, au sol, où il pensait enchaîner. Et il se retrouve, surtout, battu, pas récompensé d’un beau parcours qui l’a vu écarter le Costaricain Vargas, le Portugais Martinho et le Croate Druzeta avant de tomber avec les honneurs contre le Hongrois Ungvari, puis l’Américain de 22 ans. "Je suis content d’avoir disputé cinq combats parce que j’en avais besoin après un Mondial décevant pour moi. J’ai l’impression de m’être relancé pour la deuxième moitié de la saison, d’autant que je bats le Croate, médaillé de bronze à l’ Euro , devant son public. Ce n’était pas évident… Maintenant, je suis, bien sûr, frustré de l’issue finale de ce Grand Prix parce que le podium était vraiment à ma portée."

Ce que confirme Fabrice Flamand, l’entraîneur fédéral, très fâché sur l’arbitrage. "Je ne comprends pas ce qui se passe, mais nous avons clairement été lésés ici. Avant le décision douteuse concernant Joachim, Matthias Casse, Lola Mansour et Roxane Taeymans ont été pénalisés pendant le golden score par des arbitres qui ne veulent absolument pas que les combats se prolongent."

Les instances internationales ayant décidé, en début de saison, de réduire le temps réglementaire de cinq à quatre minutes, ce n’est pas pour que les combats durent plus longtemps… En attendant, après avoir remporté son premier duel face à l’Azéri Safarli, en -81 kg, Matthias Casse (blessé à la tête et saignant comme Joachim Bottieau !) a écopé d’une pénalité fatale contre l’Argentin Lucenti. Et nos deux représentantes en -70 kg, Lola Mansour et Roxane Taeymans, ont connu le même triste sort. La Bruxelloise s’est inclinée d’emblée face à l’Irlandaise Fletcher et l’Anversoise, des œuvres de la Danoise Sook, quittant toutes deux dépitées et… incrédules les tatamis croates.