Judo Anne-So a décroché sa première médaille internationale, en 2013, à… Madrid.

Anne-Sophie Jura garde un super souvenir sportif de Madrid. La Hennuyère y a, en effet, décroché sa première médaille internationale, en 2013. Du bronze, auquel Anne-So s’est habituée depuis lors avec un podium chaque saison : en 2016, à Buenos Aires, en 2017, à Bucarest et en 2018, à Varsovie.

Après un début d’année perturbé par une fracture à l’orteil, notre titulaire en -48 kg s’est ainsi qualifiée pour les Championnats d’Europe, à Tel Aviv, où elle a terminé au pied du podium. S’ensuivit une logique période de récupération qui lui a permis de préparer ses examens, mais aussi de partir en vacances, à… Barcelone. "Je pense que c’était la première fois que je prenais l’avion sans kimono dans la valise ! Mais je suis quand même partie avec deux judokas… Gaby (Willems) et Sophie (Berger) . Nous nous entendons bien et nous en avons profité, même si nous n’avons pas été gâtées par la météo. Visiblement, Barcelone n’a pas échappé au printemps maussade que nous avons connu un peu partout. Qu’à cela ne tienne, ces quelques jours de repos furent très appréciables après une première partie de saison intensive."

Anne-So a désormais tourné la page de l’Euro, première échéance de 2018, pour se concentrer sur la suite, même si ce rendez-vous madrilène tombe un peu mal pour elle. "Ce sera l’opportunité de se remettre dans le bain. Pour être honnête, je suis dans une drôle de période, entre le sport et les études, avec deux gros objectifs, cet été, à Zagreb et à Budapest, avant les Championnats du Monde, fin septembre, à Bakou."

Il n’empêche, la course à la qualification olympique a bel et bien débuté, le week-end dernier, en Chine. "Oui, mais la course est longue et un Continental Open comme Madrid ne rapporte pas beaucoup de points par rapport à un Grand Prix ou un Grand Chelem . Ce qui ne signifie pas que je ne suis pas motivée, bien sûr…"

Madrid pourrait donc encore sourire à Anne-Sophie Jura…


Sophie Berger : "Je suis très motivée"

Avec trois médailles de bronze au compteur en autant de compétitions, Sophie Berger a étonné pas mal de monde ces derniers mois, même si son élimination précoce lors de l’Euro israélien est venue un peu refroidir son enthousiasme. La Liégeoise est simplement tombée sur une adversaire, la Néerlandaise Stevenson, plus expérimentée qu’elle et n’a pas à rougir de cette défaite. "En montant de catégorie (Sophie est passée de -70 à -78 kg) , je savais que j’aurais besoin d’une période d’apprentissage, et ce, d’autant que je suis encore jeune (21 ans) . Et j’apprends lors de chaque compétition, que je la termine sur le podium ou que je sois éliminée au premier tour. J’essaie de ne me mettre aucune pression. Parfois, ce n’est pas facile. Mais j’assume mes choix ! Après l’ Euro , j’ai profité de deux semaines de repos. La première, j’étais en stage à Louvain-la-Neuve dans le cadre de mes études. La deuxième, je l’ai passée à Barcelone avec Anne-So (Jura) et Gaby (Willems) ." Ces trois-là seront en lice ! "Je suis motivée. J’avais très envie de reprendre l’entraînement et de poursuivre mon aventure, même s’il me faudra gérer le judo et les examens. J’en ai cinq en juin pour terminer la deuxième de mes trois années en assistante de direction." Aucun doute : si elle gère ses études comme ses combats, Sophie devrait réussir…