Judo

De retour à la compétition, Kenneth s'est imposé à l'European Open de Madrid...

Enfin ! Après un début de saison catastrophique, Kenneth Van Gansbeke (-66 kg) a retrouvé le chemin du podium, ce samedi, à Madrid, où avait lieu l'European Open qualificatif pour Tokyo 2020. Et le Brugeois de 28 ans est monté sur la première marche ! Une victoire finale amplement méritée pour Van Gansbeke, privé des Championnats d'Europe, fin avril, à Tel Aviv, pour n'avoir pas réussi à décrocher la moindre médaille en 2018.

Après une fin de saison 2017 déjà délicate qui l'avait vu conserver de justesse son statut de Sportif Élite Défense, Kenneth est entré dans une spirale négative dès le mois de janvier avec une élimination d'emblée à Tunis, puis à Sofia. Suivirent encore trois sorties sans succès, que du contraire, et le staff fédéral décida de mettre son judoka au vert pendant quelques temps pour ne pas le voir sombrer dans la dépression.

Mais, ce samedi, on a retrouvé le véritable Van Gansbeke, même s'il s'est encore occasionné quelques frayeurs. Exempté du tour initial, Kenneth fut mené par deux fois au score, face à l'Espagnol Aranda et au Français Ward, avant de renverser la situation dans les dernières secondes de combat. Il connut, alors, un brin de chance avec le forfait de l'Espagnol Labrado, blessé. Arrivé en demi-finales, notre compatriote retrouvait un autre Espagnol (le troisième...), qu'il écarta également, non sans être vu infliger deux pénalités...

En finale, déjà assuré d'une médaille après laquelle il courait depuis... trois ans, Kenneth Van Gansbeke était amené à défier un quatrième (!) Espagnol, Ramirez. Et il ne lui a laissé aucune chance, le balayant littéralement après 42 secondes ! Bondissant sur le tatami, notre compatriote laissa éclater une joie bien légitime après des mois, voire des années de frustration, lui dont on vante le professionnalisme...

En -48 kg, Anne-Sophie Jura s'est, elle, inclinée pour le bronze face à la Kazakhe Galbadrakh, médaillée olympique en 2016, à Rio, et mondiale en 2017, à Budapest. Mais la Hennuyère a surtout été battue par... l'arbitre qui lui a infligé trois pénalités pour passivité alors que son adversaire n'était pas beaucoup plus entreprenante qu'elle.

Exempté du premier tour, Anne-So avait, auparavant, éliminé la Française Aymard avant de s'incliner contre la Russe Pavlenko, au terme d'un combat long de six minutes ! Repêchée, Jura plaça un superbe mouvement sur l'Allemande Ulrich pour avoir le droit de disputer le bronze, malheureusement perdu en clôture d'une éprouvante journée.