Judo Souriant pendant le stage à Jodoigne, Toma Nikiforov, 25 ans, y a mesuré son incroyable popularité et son nouveau statut.

Battu d’emblée, l’an dernier, à Varsovie, par le Géorgien Liparteliani, Toma a hâte de retrouver la scène européenne, de prendre sa revanche et, surtout, de poursuivre son ascension parce que l’ Euro 2017 fut, pour lui, un malheureux coup d’arrêt après une 7e, une 5e, une 3e et une 2e place les années précédentes.

"Je me suis préparé le mieux possible avec des stages en Russie et en Hongrie ainsi qu’en Belgique, à Jodoigne, où j’étais souvent à la rupture avec une douzaine de randoris (simulation de combat) par jour, soit deux fois plus que je ne suis amené à disputer en compet . Mais je me sens prêt."

Après un début de saison victorieux à Visé, Toma s’est aligné lors des trois Grands Chelems - Paris, Düsseldorf, Ekaterinbourg - au calendrier international. Avec plus ou moins de réussite…

(...)