Omnisports

Le Français n’a tremblé qu’en… demi-finales face au Géorgien Tushishvili.

Si la finale contre le Brésilien Moura fut son combat le plus long de ce Mondial hongrois, Teddy Riner n’a tremblé qu’en… demi face au Géorgien Tushishvili, lequel a finalement échoué au pied du podium en +100 kg. Sur une action, vue et revue par tous les passionnés et observateurs, Tushishvili aurait pu revendiquer un avantage. Mais les arbitres préposés à la vidéo, de plus en plus influents, en ont décidé autrement.

Et Riner a ainsi décroché son neuvième titre de champion du monde, portant par la même occasion sa fabuleuse série de victoires à… 134.

Le colosse de 28 ans, du haut de ses 2,02 m pour 140 kg, est effectivement invaincu depuis le depuis le… 13 septembre 2010, quand le Japonais Kamikawa l’avait privé du titre mondial Open, à Tokyo, il est vrai à la décision des trois juges à l’époque. Un verdict qu’il a contesté pendant très longtemps. Mais une péripétie, désormais, au regard de son incroyable palmarès avec deux titres olympiques : 2012, à Londres, 2016, à Rio. Sans oublier le bronze en 2008, à Pékin.

Alors qu’il n’était plus monté sur un tatami de compétition depuis le 12 août 2016, Riner est apparu tranquille pendant cette journée de samedi qui ne fut pourtant pas de tout repos pour lui avec la bagatelle de six combats. Avant le Géorgien Tushishvili et le Brésilien Moura, il avait écarté l’Égyptien El Nagar, le Mongol Ulziibayar, l’Équatorien Figuero et l’expérimenté Brésilien Silva, double médaillé de bronze olympique (2012, 2016), tous par ippon !

Si la suite fut moins évidente, ce fut par la grâce du Géorgien, dont la mobilité gêna le Français. Il n’empêche, sous les yeux charmés d’un public hongrois, nombreux et bruyant, Riner est entré encore un plus dans la légende du judo.